Piratage et contrefaçons : 1 M€ pour le montpelliérain Algodone

FRENCH TECH. Créée en 2010, issue du LIRM -Laboratoire d’Informatique, de Robotique et de Microélectronique de l’Université de Montpellier- et soutenue depuis décembre 2014 par la SATT AxLR, la start-up Algodone développe une technologie unique de gestion des droits numériques matériels pour lutter contre le piratage et les contrefaçons.

Dans le détail, Algodone a mis au point une technique qui permet d’identifier et d’activer à distance les blocs prédéfinis -blocs IP- achetés par les fabricants de produits microélectroniques pour les intégrer dans leurs circuits.

Multiples fournisseurs

Ces fameux blocs prédéfinis, appelés aussi « semi-conductor design IP » se matérialisent par des fichiers de description de circuits réutilisables incorporés à la conception finale des produits microélectroniques.

Ces Blocs IP pour l’essentiel, proviennent aujourd’hui de multiples fournisseurs et donc de sociétés, elles-même sujettes à de fortes contrefaçons.

Une solution : la protection

L’innovation internationale développée à Montpellier par Algodone permet à ses utilisateurs de maîtriser l’activation des blocs de circuits ou les circuits complets, évitant ainsi les risques de contrefaçon et de piratage. Cette innovation unique au monde a valu à Algodone plusieurs distinction et une visibilité importante.

La start-up, qui préparait une levée de fonds pour lancer sa commercialisation à grande échelle, confirme avoir atteint son objectif. Algodone a levé plus d’un 1 M€ et annonce le début « d’une nouvelle phase de développement ».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *