Hérault : une cuvée viticole de qualité, mais très faible en quantité

ÉCONOMIE. La production viticole française a baissé de 19% en 2017 par rapport à l’an dernier à 36,9 millions d’hectolitres, ce net recul s’expliquant par des conditions climatiques défavorables, selon le ministère de l’Agriculture. L’Hérault, 4ème département viticole de France, est très touché.

Moins 20% de vin

Les vendanges, cette année sont les plus faibles depuis l’après-guerre dans le département. Pour l’Hérault, la récolte devrait s’établir à 3,97 millions d’hectolitres une baisse de 20 % par rapport à la moyenne d’environ 5Mhl, alors que 2016 était déjà inférieure, avec 4,63Mhl.

Grêle et sécheresse en cause

La baisse de la production serait principalement imputable au gel sévère du printemps dernier et de début janvier, où les minimales ont atteintes les moins 10° au pic Saint-Loup, sans oublier la grêle qui a touché les vignes en août 2016. Il faut y rajouter la sécheresse record du moment avec très peu d’eau depuis le mois d’avril, d’où des pertes importantes.

La chaleur et le vent ont accentué la déshydratation des raisins et conduit à réviser à la baisse ces dernières estimations établies au 1er octobre. Les vendanges ont commencé avec un mois d’avance avec un faible rendement, ce qui risque d’entraîner une hausse du prix de la bouteille.

Les vignerons de la région ont manifesté aux côtés de leurs collègues de l’Aude et des Pyrénées-Orientales ce mercredi à Carcassonne. Ils ont notamment demandé des mesures bancaires pour compenser les pertes, comme des prêts à taux zéro.

Les mesures du préfet

Sans attendre, Pierre Pouëssel, le préfet de l’Hérault et Jérôme Desprey, président de la Chambre d’agriculture ont réuni l’ensemble des acteurs de la filière pour évaluer les difficultés auxquelles les professionnels pourraient être confrontés et accompagner les situations les plus complexes. Voici les trois principales décisions :

► Un numéro unique pour tous les agriculteurs en difficulté : n° Vert : 0 800 100 362. Le dispositif partenarial « Agir Ensemble » permettra d’identifier les viticulteurs les plus en difficulté et de réaliser un diagnostic de leur situation.

► Pour les jeunes agriculteurs un accompagnement particulier : ils bénéficieront d’un entretien personnalisé, si leur situation nécessite un aménagement de leur plan d’entreprise.

Un soutien à la trésorerie : sur la base de ce repérage, les services de l’État -DDTM et FranceAgriMer- seront mobilisés pour accélérer le versement des aides agricoles en instance de traitement.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *