Cour d’appel de Montpellier : le nouveau Premier président arrive de Lille

INFO MÉTROPOLITAIN. Le Conseil supérieur de la magistrature -CSM- a officiellement validé la nomination de Tristan Gervais de Lafond, l’actuel président du tribunal de grande instance -TGI- de Lille, comme Premier président de la cour d’appel de Montpellier, qui englobe les juridictions de l’Hérault, de l’Aveyron, de l’Aude et des Pyrénées-Orientales.

Il succède à Éric Négron, promu président de la cour d’appel d’Aix-en-Provence, la deuxième de France et qui a quitté Montpellier dans l’été. Éric Négron arrivait du TGI de Lille. Comme les changements de postes l’ont prouvé dans le passé, les premiers présidents affectés trois ou quatre ans à la cour d’appel de Montpellier, la septième de France, arrivent généralement des Hauts de France et finissent dans les Bouches-du-Rhône.

« Pour l’heure, on n’a pas de date d’arrivée, ni d’installation solennelle ici, le nouveau Premier président devrait prendre ses fonctions, soit avant la fin de l’année, soit au début de l’année prochaine », indique t-on ce mercredi matin au cabinet du Premier président, où l’intérim est assuré par Daniel Muller, premier président de chambre.

Une belle carrière

Après un premier poste de juge d’instruction à Melun, Tristan Gervais de Lafond a bifurqué vers la coopération internationale. Il reviendra brièvement dans le giron de la Chancellerie de 2004 à 2006, nommé vice-président du tribunal de grande instance de Paris. Il repart ensuite trois ans à l’international et revient en 2011, comme président de tribunal de grande instance à Fort-de-France.

En 2000, il a travaillé en Namibie et au Botswana comme chef du service de coopération et d’action culturelle, accompagnant des projets internationaux en éducation et en santé. Il passera quatre ans en Namibie. En 2006, il est nommé délégué général de l’agence de coopération juridique internationale où il fait émerger à l’étranger, jumelages, formations et autres programmes liés au ministère de la justice.

Forte population pénale et carcérale

L’ancien Premier président de la cour d’appel de Montpellier, Éric Négron relève, « l’existence d’un taux de contentieux en matière civile qui est largement supérieur au Nord de la France. Lorsque je suis arrivé de Lille à Montpellier, j’ai été  très étonné de constater le taux de contentieux qui est phénoménal. Rapporté au nombre d’habitants, il est beaucoup plus important que dans d’autres cours, et en particulier en matière civile, les référés, les consultations civiles. En matière pénale, ce sont des régions où il y a une forte criminalité. La direction interrégionale de la police judiciaire -DIPJ- de Marseille est compétente pour toute la côte, de Cerbère à Menton, avec des SRPJ -service régional de police judiciaire- qui sont très importants, à Montpellier et Marseille. Lorsqu’on est en poste à Montpellier, on a l’habitude de gérer des caractéristiques contentieuses qui sont spécifiques au Sud de la France. Et que vous ne retrouvez pas ailleurs sur le territoire national. Et ça, c’est intéressant. Autre caractéristique, la forte population pénale et carcérale dans le ressort de la cour d’appel de Montpellier ».
Le nouveau Premier président de cette juridiction ne va visiblement pas s’ennuyer.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *