Agde : la restauration écologique du littoral est une première en Méditerranée

ENVIRONNEMENT. La restauration écologique du littoral agathois est en marche. Le projet piloté par la ville d’Agde consiste à optimiser et expérimenter un nouveau type de balisage de la bande littorale des 300 mètres, dans le périmètre de l’Aire marine protégée de la côte agathoise, le site Natura 2000 marin et géré par cette commune.

Le projet est financé par le ministère de l’Écologie dans le cadre d’un contrat Natura 2000 marin. X Reef, le dernier de six modules expérimentaux conçus avec la start-up montpelliéraine Seaboost a été immergé au large de la plage de Rochelongue, vendredi après-midi en présence notamment de Gilles d’Ettore, le maire d’Agde. Une première en mer Méditerranée.

14 kilomètres à règlementer

Les 14 kilomètres du littoral de la commune d’Agde et de l’Aire marine protégée de la côte agathoise font l’objet depuis de nombreuses années de balisages avec corps-morts pneus/béton ou béton pour l’installation de la bande littorale des 300 mètres. Le maire est compétent dans la bande littorale des 300 mètres au titre de la baignade et des activités pratiquées à partir d’engins non immatriculés.

Le préfet maritime est notamment compétent pour règlementer dans la zone des 300 mètres la navigation, le mouillage des navires et des engins immatriculés ainsi que la plongée sous-marine.

En saison estivale, un plan de balisage est constitué par les arrêtés de ces deux autorités dans leur domaine de compétence. Quelques kilomètres de côte vers l’ouest sont également équipés de bouées délimitant la zone des 300 mètres, sur les communes de Vias et de Portiragnes.

6152 hectares à protéger

L’Aire marine protégée -AMP- de la côte agathoise, site Natura 2000 « Posidonies du Cap d’Agde » couvre une surface de 6152 ha du Grau d’Agde à Port Ambonne, jusqu’à 3 milles nautiques au large. Elle est gérée par la ville d’Agde, via la direction du milieu marin.

Les fonds marins y sont caractérisés par différentes entités biologiques et géologiques : étendues de sables fins, grandes dalles de tufs d’origine volcanique, éboulis rocheux, herbiers de posidonies, mattes mortes et coralligène. Ces différents biotopes constituent un environnement marin favorable à la diversification de la faune et de la flore sous-marine. De plus, ce relief sous-marin, en grande partie d’origine volcanique, est unique en région Languedoc-Roussillon.

Une centaine de bouées

Le système de balisage de la bande des 300 mètres concerne une centaine de bouées jaunes, hors des chenaux d’accès. Il est installé entre les mois de mai et de septembre et reste sensible aux coups de mer. Il nécessite chaque année de nombreuses interventions des services de la ville pour les remettre en place in situ, voire pour les enlever entièrement et les remettre en place, parfois au cours même de la saison.

De nombreux corps-morts sont aussi abandonnés au fond – pneus, béton, chaînes rouillées etc.- et dégradent les milieux naturels marins des petits fonds côtiers de l’Aire marine protégée : petits fonds sableux parfois à proximité de petits fonds rocheux, herbiers de posidonies, ou d’une mosaïque roche/posidonies.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *