Météo : un épisode cévenol peu violent est annoncé

PRÉVISIONS. Un épisode cévenol est annoncé pour mercredi et jeudi dans l’Hérault par Météo France, qui indique toutefois ce lundi, qu’il ne serait pas de forte intensité, par rapport à d’autres orages violents qui ont éclaté dans le passé ici.

Météo Hérault confirme ce lundi cet épisode cévenol dans le Languedoc mercredi et jeudi, mais précisent que des « incertitudes demeurent sur sa localisation et son intensité. Les cumuls sont difficiles à anticiper en plaine et sur le littoral qui seront potentiellement concernés ». Il tomberait 150 mm d’eau par endroit, selon les prévisions.

Phénomène automnal

Trois à six fois par an en moyenne, de violents systèmes orageux apportent des précipitations intenses sur les régions méditerranéennes, dont le Gard et l’Hérault. L’équivalent de plusieurs mois de précipitations tombe alors en seulement quelques heures ou quelques jours.

Les épisodes méditerranéens sont liés à des remontées d’air chaud, humide et instable en provenance de Méditerranée qui peuvent générer des orages violents parfois stationnaires. Ils se produisent de façon privilégiée en automne, moment où la mer est la plus chaude, ce qui favorise une forte évaporation.

Selon Météo France, le terme « cévenol » est souvent employé abusivement pour caractériser tout épisode apportant des pluies diluviennes sur les régions méridionales. S’il est vrai que le massif des Cévennes est réputé pour l’intensité des épisodes qui l’affectent, d’où le qualificatif, des situations fortement pluvieuses frappent tout l’arc méditerranéen -de la frontière italienne à Menton jusqu’à la frontière espagnole au Perthus- et sont donc loin d’être exclusivement « cévenoles ».

Les situations météorologiques génératrices de fortes pluies sur les régions méditerranéennes sont de deux types :

>> Celles où l’influence du relief est prépondérante : l’exemple cévenol illustre parfaitement l’influence du relief sur les régimes de précipitations. Lorsque qu’une masse d’air chaud et humide, poussée par des vents de basses couches, vient buter contre une barrière montagneuse, elle se soulève le long du relief.

Avec l’altitude, elle se refroidit et la grande quantité de vapeur d’eau qu’elle contient se condense avant de finir par retomber sous forme de fortes précipitations. Les Cévennes ne sont pas le seul relief proche de la mer: des précipitations avec forçage orographique concernent également les Pyrénées, les Alpes ou la Corse.
Le dernier épisode cévenol majeur date de novembre 2011, où en 5 jours -du 1er au 5-, les cumuls ont atteint les 1000 mm sur l’Ardèche.

>> Les situations orageuses liées exclusivement aux conditions météorologiques : ces systèmes orageux ne couvrent alors pas forcément des zones très étendues, mais génèrent de très fortes intensités de précipitations (dépassant souvent les 100 mm/h). Ils peuvent parfois se régénérer -on parle alors de cellules stationnaires- en créant une vaste bulle d’air froid de surface, qui agit alors comme un relief en soulevant la masse d’air toujours au même endroit.

De tels épisodes ont été observés par exemple le 22 septembre 1993 à Aix-en-Provence, dans les Bouches-du-Rhône, le 6 septembre 2010 à Cavaillon, dans le Vaucluse, le 1er décembre 2003 à Marseille, le 29 septembre 2014 et le 23 août 2015 à Montpellier, où un couple de retraités étaient décédés dans leur voiture emportée par les crues dans le quartier des hôpitaux-facultés.

>> À SUIVRE : nos prévisions météo pour l’Hérault et le Gard à 24 heures ici tous les soirs à 20h30

L’épisode cévenol expliqué ici.

1 Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *