MHSC / Ligue 1 : Montpellier renverse Nice 2-0

FOOTBALL. Après la trêve internationale, le MHSC retrouvait le championnat de France avec la réception de l’OGC Nice. Sur une pelouse redevenue verte, les Montpelliérains, en rose afin de sensibiliser au dépistage du cancer du sein, se sont montrés particulièrement séduisants et l’ont emporté 2-0. Les Pailladins réalisent ainsi une très belle opération au classement avec une 12e place et surtout une petite avance sur les équipes de bas de tableau.

Les nuls contre Paris (0-0) et Monaco (1-1) ont redonné de l’optimisme aux supporters et apporté plus de sérénité au groupe. Le système à 5 défenseurs ayant installé la solidité défensive voulue par Michel Der Zakarian, il ne reste qu’à régler les problèmes offensifs. Pedro Mendès suspendu, Nordi Mukiélé prenait sa place dans l’axe. Giovanni Sio, de retour de suspension, n’était pas aligné au début du match. L’entraîneur héraultais préférant reconduire le duo Souleyamane Camara – Casimir Ninga, épaulé par Stéphane Sessegnon.

Lecomte, le rempart

Pas de round d’observation dans ce match. Dès la 3e minute, Alassane Pléa après un rush dans l’axe alertait Benjamin Lecomte d’une frappe à l’entrée de la surface. Les Montpelliérains répliquaient sur l’action suivante. La tête de Ruben Aguilar, à la réception d’un centre de Paul Lasne, fuyait la cage niçoise. À Mario Balotelli de tenter sa chance quelques secondes plus tard. Bien lancé côté droit, la frappe croisée de l’Italien ne trouvait pas le cadre.

Nice aurait pu ouvrir le score à la 26e minute. Daniel Congré remettait en retrait pour Vitorino Hilton. Pensant laisser pour son gardien, le défenseur ne voyait pas Mario Balotelli dans son dos. Benjamin Lecomte s’interposait une première fois devant l’Italien. Le portier pailladin était doublement décisif dans les minutes suivantes. D’abord au sol après une percée du remuant Allan Saint-Maximin, puis en s’envolant pour détourner une frappe de Christophe Jallet qui semblait prendre la lucarne. Et que dire de son intervention dans les pieds de Mario Balottelli quelques minutes avant la pause. Montpellier n’était pas en reste dans cette période notamment par l’intermédiaire de Souleymane Camara dont la frappe puissante à la demi heure de jeu était sortie par Yoan Cardinale.

Sessegnon, le dynamiteur

De retour des vestiaires, les Montpelliérains se portaient d’emblée à l’attaque. Ruben Aguilar plongeait dans son couloir droit et centrait pour Souleymane Camara dont la tête passait à quelques centimètres de la transversale. Les intentions pailladines étaient enfin concrétisées à la 55e minute. Encore très intéressant dans son rôle de meneur de jeu, Stéphane Sessegon n’était pas attaqué et décochait une frappe puissante des 20 mètres  que la gardien niçois regardait rentrer dans ses cages (1-0). Dix minutes plus tard, sur une action similaire, Casimir Ninga, à la réception d’un centre de Nordi Mukiélé, manque l’opportunité de double la marque.

Nice n’abdiquait pas. La frappe de Pierre Lees-Melou était freiné par un forêt de jambes montpelliéraines. À la 70e, Mario Balotelli déviait astucieusement pour Alassane Pléa. Le Niçois perdait son face à face avec Benjamin Lecomte. Moment choisi par Michel Der Zakarian pour opérer à un double changement : Isaac Mbenza remplaçait Casimir Ninga et Junior Sambia, Stéphane Sessegnon. Les deux hommes s’illustraient rapidement. Le milieu de terrain récupérait un ballon dans son camp avant de le donner à l’attaquant qui au terme d’une belle chevauchée trouvait le petit filet gauche de Yoan Cardinale (2-0). Entré à la place de Souleymane Camara, Giovanni Sio n’appuyait pas suffisamment une tête.

Montpellier remporte la partie 2-0 et confirme que les gros lui réussissent bien. Michel Der Zakarian peut également se satisfaire de la prestation de ses joueurs qui ont réalisé un match plein dans la plupart des compartiments du jeu.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *