Montpellier : des ouvriers de chantier agressés par des mal-logés

4
Un équipage de la CDI.

VIOLENCES. Des ouvriers qui arrivaient sur un chantier en cours depuis plusieurs semaines dans l’ancien couvent ayant abrité la maison de retraite mutualiste, rue de la Providence, près de la faculté de droit, dans l’Écusson à Montpellier ont été agressés mercredi vers 7h30 par des membres des collectifs Réseau des assignés en soutien aux sans-abri -Rassa- et Luttopia, ainsi que par des mal-logés, qui venaient d’investir les lieux pour une occupation illégale.

N’ayant pas pu pénétrer sur le chantier en raison du portail qui avait été fracturé et scellé, les ouvriers ont utilisé une disqueuse pour l’ouvrir. Ils sont alors tombés sur les squatters. Les ouvriers violemment malmenés et chassés du bâtiment ont appelé le 17, le numéro d’urgence de police-secours. Des équipages de la brigade anticriminalité -BAC- du commissariat central sont rapidement intervenus pour procéder à l’interpellation des auteurs de ces violences gratuites, rejoints par des collègues de la compagnie départementale d’intervention, la CDI.

Mensonge de Luttopia

- Annonce -

Un quotidien régional a évoqué ce jeudi, que les squatters avaient été délogés par les policiers de la BAC lors d’une intervention musclée, en dehors de toute procédure d’expulsion. Ce soir, l’état-major de la Sécurité publique de l’Hérault apporte un démenti catégorique à ces accusations médiatiques de violences policières, en indiquant que la BAC était intervenu pour des agressions sur des ouvriers.

La version livrée par les membres du collectif Luttopia après cette intervention légitime des policiers de la Sécurité publique se révèle une nouvelle fois mensongère. Les responsables de ce collectif qui multiplie les coups de force de bâtiments publics ou privés à Montpellier pour y loger des SDF -ils sont une dizaine actuellement dans l’ancien couvent de la rue de la Providence- font l’objet d’une plainte de la Ville de Montpellier auprès du procureur de la République d’ici, après la récente découverte de la profanation du cimetière de l’église des Récollets, sur le terrain des anciennes archives départementales dans le quartier des Beaux Arts.

Des ossements et des crânes humains ont été exhumés des fosses pour installer un potager par les mal-logés qui occupent les lieux illégalement.

 

PARTAGER
mm
Sa passion, c’est son métier depuis déjà 36 ans. Spécialisé dans le traitement des faits-divers et dans les chroniques judiciaires, ce « roi du scoop » natif du Luberon ne compte jamais ses heures. Ses atouts : une plume aiguisée et un réseau d’informateurs à faire pâlir.

4 Commentaires

  1. Ils ont probablement eu peur: des ouvriers qui bossent à 7h30 du matin, pour eux c’est pas net, 7h30 pour eux c’est le début de leur nuit ! 🙂

  2. N’y a t’il pas un service de dératisation à la mairie de Montpellier ?

    Mais c’était peut-être jour de débriefing de jour de grève, mercredi…

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here