Internationales de la Guitare : du blues au reggae en passant par le jazz

0
Groupe Inna de Yard © Bernard Benant

FESTIVAL. Après deux semaines de toutes les couleurs et toutes les formes -salon de la lutherie, ‘‘24 heures démentes’’, grands concerts à l’Opéra Comédie et dans les salles de la métropole-, les IG finissent leur 22e édition avec une dernière semaine à fortes résonances, sorte de tour du monde des racines musicales mondiales : du blues, du tango, du jazz et même du reggae.

En clôture, le festival propose une création inédite et unique à l’Opéra Berlioz de Montpellier, un opéra rom, quatrième du nom, qui s’annonce événementiel. En voici les détails :

NUANCES DE BLUES

- Annonce -

Le blues de Jamaïque avec Inna de Yard

Si le reggae est un genre à part, presque sanctifié par Bob Marley, pour beaucoup de musiciens c’est aussi une forme de blues. Dans les années 50, les jamaïcains arrivaient à capter les ondes des radios du sud des Etats-Unis qui diffusaient du rythm n’ Blues et les premiers rock américains.

Une inspiration qui a déterminé le genre, version caraïbes. Les Inna de Yard (photo ci-dessus) sont de ceux-là. Des figures tutélaires, sorte de Buena Vista Social Club, version Kingston, avec ce même esprit de perpétuer l’héritage. Ils enregistrent chez eux, en acoustique, en terrasse ou dans leurs jardins, avec un minimum de matériel.

Le résultat est stupéfiant de sincérité et de beauté. ‘’The Soul Of Jamaica’’ est sorti le printemps dernier et cette nouvelle tournée sera peut-être la dernière.

>> Ce jeudi 12 octobre au Rockstore à Montpellier.

Le blues urbain avec Lucky Peterson

Fils d’un patron de club de jazz dans l’Etat de New York, Judge Kenneth Peterson monte sur les planches à l’âge de 5 ans : précoce et sacrément doué. On l’appellera Lucky même si la chance n’a rien à voir avec le talent. Après de multiples tournées guitare en main, c’est cet héritage qu’il a choisi de développer aujourd’hui assis devant ses claviers.

Un ‘’Tribute To Jimmy Smith’’ déjà rodé depuis un an sur les plus grandes scènes et gravé sur disque en octobre 2017. Entouré d’un trio d’experts en swing, Lucky Peterson (photo à gauche) déploie sa science et son patrimoine inné pétri de blues et de jazz.

Un guitariste qui joue du piano, qui prend le micro quand ça lui chante et qui perpétue avec classe le patrimoine immatériel d’une musique qui se régénère sans cesse et avec force.

>> Ce vendredi 13 octobre, salle Georges Brassens à Lunel.

>> Programmation complète et infos : www.les-ig.com

 

PARTAGER
mm
1001 vies et expériences professionnelles ont amené Nadira vers le journalisme, qu’elle exerce depuis plusieurs années au sein de 7officiel by Métropolitain en tant que Rédactrice en chef. Amateur d’art, de culture et d’histoires, son Bureau croule sous les ouvrages littéraires, qu’elle dévore littéralement.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here