Chambre des métiers. Christian Poujol : « Faire respecter l’artisanat »

INTERVIEW. Après 20 ans d’engagement au sein de la chambre départementale des métiers et de l’artisanat, Christian Poujol en est devenu le président il y a presque un an. Ce tailleur de pierre lunellois, chef d’une entreprise spécialisée dans les cheminées sur-mesure, entend secouer l’institution et repositionner la CMA 34 et l’artisanat sur l’échiquier départemental.

Désormais installés dans un bâtiment flambant neuf de 15 M€, les artisans héraultais, toujours « première entreprise de France », sont prêts à se faire entendre des pouvoirs publics -formation, apprentissage- et à s’impliquer dans des projets, comme la création des Route des vins, du patrimoine des métiers d’art. Le président va en profiter au passage pour alerter le préfet de Région Occitanie sur les saignées qu’opère la chambre des métiers et des artisans -CMA- régionale sur la CMA héraultaise. Ambiance…On l’a compris, Christian Poujol, qui veut redonner tout son lustre à l’artisanat, ne compte pas remettre son métier sur l’ouvrage. La CMA au rebond, c’est ici et maintenant. Interview.

>> Quelle est la situation de la CMA 34 aujourd’hui ?
Que ce soit au niveau juridique ou financier, tout est sain, tout est clair. Le budget est respecté. Financièrement, il faut dire que depuis toujours, la CMA de l’Hérault a eu de l’argent. Nous sommes en effet, en terme de ressortissants, la 1ère chambre départementale de la région Occitanie avec près de 30 000 artisans et entreprises artisanales. Je rappelle que la chambre récupère, par exemple, la CFE que versent tous les artisans… Nous arrivons ainsi à un budget annuel de 6,5 M€ pour 25 salariés qui permettent à la chambre de remplir ses grandes missions.

>> Quel est justement le rôle de la CMA ?
Nous avons plusieurs missions : assurer les inscriptions pour les créations d’entreprise, former les chefs d’entreprise, assurer la montée en puissance du CFA… sans oublier notre service économique qui accompagne les entreprises artisanales sur plusieurs thématiques (exports, marketing, comptabilité, etc) et qui les conseille lorsqu’elles rencontrent des difficultés. Nous avons un repère qui permet d’évaluer la qualité de nos services et leur impact sur l’économie départementale : la durée de vie des jeunes entreprises est passé de 5 à plus de 6 ans.

>> Quel est l’impact de l’artisanat sur l’économie départementale ?
Nous avons évalué le montant du chiffre d’affaire réalisé par l’artisanat dans ce département où nous recensons 340 métiers : il atteint 3 milliards d’euros. Un autre chiffre : 90 000 personnes dans l’Hérault travaillent dans l’artisanat qui se révèle comme l’un des secteurs-clés de notre économie.

>> Pour reprendre la pub, « l’artisanat est la première entreprise de France » ?
Mais c’est tout à fait la réalité (rires) ! Nous sommes la première entreprise de France et nous sommes clairement le seul secteur de l’économie nationale qui progresse autant en France si l’on se réfère au solde des emplois créés/perdus. Et cela est particulièrement valable dans l’Hérault. Ce phénomène s’explique en partie par le fait que l’artisanat est perçue par nos concitoyens comme une valeur sûre : l’artisanat créé de l’emploi et ne se délocalise pas.

Christian Poujol, président de la chambre des métiers et de l’artisanat de Montpellier. Photo JMA. Métropolitain.

>> L’artisan, selon vous, est plutôt bien vu ?
Bien sûr ! Et le rôle de la CMA et de faire comprendre à nos concitoyens que l’artisanat évolue pour être toujours plus performant. Nous devons accompagner cette évolution avec cet objectif: faire en sorte que les artisans soient toujours mieux reconnus, mieux valorisés, et qu’ils gagnent mieux leur vie. Bien sûr, il y a encore quelques clichés que l’on traîne, avec des histoires sur des artisans très chers, peu professionnels, voire malhonnêtes… Mais l’artisanat évolue très positivement et nous sommes désormais bien loin de ces clichés.

>> Comment se passe la régionalisation pour la CMA 34 ?
Mal.

>> C’est à dire ?
Avant cette régionalisation, compte-tenu de la force de l’artisanat dans l’Hérault, nous avions la possibilité d’utiliser de l’argent pour financer des projets en faveur du secteur et de nos ressortissants… Depuis la régionalisation, cela se passe différemment, et cela se passe mal.

>> Concrètement, quelles sont vos relations avec le siège toulousain de la chambre régionale?

(un silence)… En fait, depuis la régionalisation, la CMA de l’Hérault est grugée. Nous n’avons plus droit à la part de taxe qui nous revenait. On pioche dans nos réserves pour financer d’autres chambres départementales moins riches : ici nous avons 30 000 artisans, ailleurs, il y en a 5000… Je parle ici d’un manque très gros manque gagner annuel pour notre chambre de l’ordre de 1,2 M€ ! Je vous laisse imaginer les conséquences de cette ponction pour notre organisation. Je me bats contre ça et je vais d’ailleurs rencontrer le préfet de Région pour évoquer ce problème avec lui.

>> À LIRE : L’interview complète de Christian Poujol dans 7Officiel

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *