MHB-Lidl Starligue : Vincent Gérard, meilleur joueur de septembre

HANDBALL. Vincent Gérard a été élu meilleur joueur du mois de septembre de la Lidl Starligue. Le gardien du MHB réalise en championnat de France, comme en Ligue des champions un début de saison à la hauteur de son talent.

En obtenant 43 % des suffrages des internautes, le portier montpelliérain devance l’arrière gauche de Dunkerque Dylan Garain (38 %) et l’ailier gauche de Saint-Raphaël Raphaël Cocheteux (19 %). Le trophée lui sera remis avant le match de ce soir face à Cesson-Rennes. Son entraîneur Patrice Canayer revient sur les performances de son portier numéro 1, aujourd’hui.

« J’ai beaucoup de choix à faire mais l’avantage c’est que je n’ai pas ceux là à faire » s’amuse Patrice Canayer quand on lui demande s’il est d’accord avec le choix du public. De manière plus sérieuse, il détaille la qualité principale de son gardien : « Vincent est très stable dans son niveau de performance. Ce que j’aime bien c’est qu’il ne fait pas des performances extraordinaires sur un match mais c’est très régulier, constant, solide. Et surtout c’est efficace. Il monte en puissance dans les matchs. Je préfère avoir un gardien déterminant qu’un gardien qui fait des matchs à 23 arrêts une fois sur trois ».

Avec des statistiques assez éloquente ou à regarder en fonction de la physionomie des matchs (19 arrêts (50%) contre Chambéry, 12 (32%) contre Tremblay et 11 (29%) contre Nantes), Vincent Gérard a largement sa part dans les succès du MHB en ce début de saison. Mais Patrice Canayer ne veut pas trop tirer sur la corde et n’hésite pas à faire appel à Nikola Portner comme à Besiktas : « Je pense que Vincent ne peut pas tenir tous les matchs. Je préfère que Nikola joue comme il l’a fait et faire appel à Vincent si c’est nécessaire dans le dernier quart d’heure ». L’entraîneur montpelliérain détaille : « Il y a le facteur psychologique qui est important pour les gardiens. Pour les joueurs de champ c’est difficile mais pour un gardien de but c’est encore plus dur d’être tous les trois jours concentré et à 200 %. C’est pour ça qu’il est nécessaire de temps en temps qu’un gardien comme Vincent ne démarre pas certains matchs pour pouvoir un peu non pas récupérer mais concentrer son énergie sur un quart d’heure ».

Concurrence et hiérarchie

« C’est sûr qu’aujourd’hui Vincent est au dessus de Nikola. Mais c’est la photographie d’un moment. Je ne demande qu’une chose c’est que les joueurs se poussent entre eux et que j’ai des choix compliqué à faire » confie Patrice Canayer. L’entraîneur montpelliérain oeuvre à maintenir la cohésion d’un groupe étoffé : « Il doit y avoir une émulation en interne mais tu ne dois éliminer personne car tu sais que dans la saison tu vas avoir besoin de tout le monde. Et ma responsabilité comme entraîneur c’est de faire en sorte qu’aucun joueur ne soit éliminé du groupe. Il y a de l’émulation et donc il y a des joueurs qui par période prennent un ascendant parce qu’il sont plus efficace ».

Cette situation est valable aussi bien pour les joueurs de champs que pour les gardiens. Avec des subtilités pour les gardiens liées à la concurrence afin de renforcer les performances : « Aujourd’hui Vincent est le plus efficace de nos gardiens de but. Mais il faut aussi qu’il voit que Nikola est là et moi je me dois aussi, de temps en temps, de lui donner du temps de jeu pour lui permettre de s’exprimer et ne serait-ce que pour qu’il garde ce niveau là ». Ou tout l’art délicat d’amener chaque membre d’un collectif à se surpasser.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *