Pays de Lunel-Canet : 4 ans de prison pour la saisie de 464 plants de cannabis

STUPÉFIANTS. Les gendarmes de la compagnie de Lunel ont mis la main sur un véritable producteur de cannabis, le 6 octobre dernier : une belle prise de 464 plants de cannabis, ainsi que la saisie de 7’980 euros en espèces, de 128 grammes de cannabis et d’un peu plus d’un gramme de cocaïne. Récit.

Le 3 octobre dernier au petit matin, les gendarmes de Lunel sont attirés par une forte odeur de stupéfiants sur la place Chevaliers-de-Malte à Saint-Christol et ouvrent une enquête. Les investigations n’ont pas tardé à aboutir : elles ont permis seulement trois jours après l’ouverture de celles-ci, le 6 octobre donc, de placer en garde à vue le locataire des lieux âgé de 35 ans et de saisir une quantité importante de stupéfiants.

Dans un premier temps, c’est au domicile familial de Saint-Christol, où 128 g de cannabis, 1,02g de cocaïne, 7’980 euros en espèces et une balance de précision ont été retrouvés. Puis, c’est au cours d’une seconde perquisition, dans une autre habitation louée par le même homme et située à Canet, près de Clermont-l’Hérault que 464 pieds de cannabis étaient confisqués.

Cours de botanique au tribunal

Au cours d’une comparution immédiate ce lundi après-midi devant le tribunal correctionnel de Montpellier que ce père de famille de deux enfants -âgés de 4 ans et de 18 mois- a été condamné en état de récidive légale à quatre ans de prison ferme, assorties d’une mise à l’épreuve et d’une obligation de soins.

Une condamnation qui va au-delà des réquisitions du procureur de la République, qui avait réclamé 3 ans ferme contre le prévenu, qui a été incarcéré dans la foulée à la maison d’arrêt de Villeneuve-lès-Maguelone.

À la fois producteur et revendeur,le trentenaire avait donné plusieurs détails sur sa façon de cultiver le cannabis. Des explications qui ont plongé durant quelques minutes la salle d’audience René Cassin en un véritable cours de botanique, levant les sourires des uns et des autres. Mais, cela n’a visiblement pas convaincu les magistrats.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *