Exploit : Doris, première femme à avoir traversé la Méditerranée en kitesurf

CHAMPIONNE. Elle peut avoir le sourire ce lundi matin : la Languedocienne Doris Wetzel est championne, après avoir réussi sa traversée de la Méditerranée en kitesurf, de Port Camargue-le Grau-du-Roi dans le Gard en Tunisie. Elle est arrivée dimanche en début d’après-midi sur les côtes de Bizerte, après sept jours d’efforts pour gagner le spectaculaire défi.

Une première mondiale

Avec son allure de mannequin suédois et sa détermination germanique, c’est depuis son QG et « Home spot » à Port Camargue, que Doris Wetzel s’était mise à l’eau dimanche 1er octobre pour accomplir les 1000 kilomètres qui séparent le Gard et la Tunisie, à raison de 8 à 12 heures de navigation par jour, malgré des conditions de navigation pas toujours faciles.

Accompagnée d’un bateau d’assistance et d’un équipage professionnel, elle a signé un premier record du monde en kitesurf sur cette distance. Elle est arrivée à bon port hier, fatiguée, mais heureuse de son exploit.

Elle veut sensibiliser

Doris Wetzel souhaite devenir l’ambassadrice de son sport au féminin et surtout, à travers son association Wo’mana, promouvoir le développement personnel à travers le sport en incitant les jeunes à dépasser leur limites pour réaliser leur rêves.

Il s’agit aussi de les sensibiliser aux énergies durables, renouvelables et l’autonomie énergétique.

Plus de 50’000 adeptes

Le kitesurf a le vent en poupe. On estime aujourd’hui à plus de 50’000 le nombre des pratiquants en France, dont 12.668 adhérents à la FFVL, la Fédération Française de Vol Libre. Le kitesurf est en effet considéré comme étant une discipline d’air, au même titre que le deltaplane, le parapente, le vol en tracté et… le cerf-volant.

C’est justement le cerf-volant -kite en anglais- qui sert de « moteur » au kitesurfeur. Dès les années soixante, de nombreux inventeurs, qui n’ont pas laissé de traces dans l’histoire, vont commencer à plancher sur l’idée du kitesurf. En 1979, Arnaud de Rosnay (fils du scientifique Joël de Rosnay), qui a très certainement eu vent de ces diverses recherches, va jouer les précurseurs en utilisant un cerf-volant pour tracter ponctuellement sa planche à voile lors d’une traversée du Pacifique.

Au milieu des années 80, en Bretagne, les frères Bruno et Dominique Legaignoux se penchent sur le sujet et, après avoir réalisé plusieurs prototypes, ils déposent le brevet de la toute première voile marine qui se présente sous la forme d’une voile simple surface tendue par une armature constituée de boudins gonflables. Grâce à ces boudins, la voile peut ainsi flotter sur l’eau mais aussi, et surtout, en redécoller. Le kitesurf actuel était né.

Première école à Carnon

En 1997, la première école de kitesurf d’Europe ouvre ses portes à Carnon, la station balnéaire de l’Hérault, tandis que les premières planches de kitesurf fabriquées de série commencent à être commercialisées.

En 1998, la FFVL instaure un monitorat fédéral de kitesurf, et cette discipline, aussi spectaculaire que photogénique, attire l’attention des médias. C’est le début d’un succès qui nous vaut aujourd’hui le joli spectacle de ces innombrables voiles multicolores qui ponctuent le ciel d’autant de virgules virevoltantes.

Une planche et une aile

Pour pratiquer le kitesurf, il faut une planche et une aile qui est dirigée par une barre. Aile et barre sont reliées par quatre ou cinq lignes de 15 à 30 mètres de long qui assurent à la fois la traction et la direction de l’ensemble. La barre est rattachée au kiter par un harnais. Si le kiter lâche sa barre, la voile reste ainsi reliée à lui et ne peut donc s’envoler au loin.

© nito - Fotolia.com.jpg
© nito – Fotolia.com

 

Il faut compter en gros de 50 à 160 € pour un harnais, de 800 à 1400 € pour une aile, de 200 à 700 € pour une planche mais il est aussi possible d’opter pour des packs regroupant planche, aile et barre pour une somme comprise entre 1200 et 1700 €. Le matériel évoluant rapidement et les kiters les plus pointus désirant généralement ce qui se fait de mieux, le marché de l’occasion regorge de bonnes affaires.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *