Montpellier : les photos de Ralph Gibson exposition phare de cet automne

CULTURE. À partir du mercredi 18 octobre, découvrez « RALPH GIBSON. LA TRILOGIE, 1970-1974 », troisième et dernière exposition de la saison américaine au Pavillon populaire de Montpellier.

Après « William Gedney. Only the Lonely, 1955-1984« , le Pavillon populaire de Montpellier termine sa saison consacrée à la photographie américaine avec une exposition consacrée à Ralph Gibson, artiste international, maître de l’effet dramatique surréaliste et de l’abstraction.

Pour la première fois, l’exposition « Ralph Gibson. La Trilogie, 1970-1974″ présentera l’ensemble des tirages de La Trilogie, soit près de 150 images, dont beaucoup sont depuis devenues des icônes incontournables de la photographie contemporaine.

Entre réalisme et abstraction

Figure de proue de la photographie américaine, Ralph Gibson est d’abord assistant de Dorothea Lange, puis de Robert Franck avant de délaisser le reportage pour développer un style photographique très personnel. Le langage Gibson flirte entre réalisme et abstraction, participant ainsi à l’éclosion de la « fine art photography » américaine : des tirages superbes aux valeurs contrastées, une charge graphique très forte ouvrant sur des échappées oniriques, sensuelles et mystérieuses.
Lignes pures, lumières précises, points de fuite aboutis, cadrages serrés – ses prises de vues se font majoritairement à un mètre de son sujet – ses photographies représentent souvent des éléments géométriques ou des plans serrés sur certaines parties du corps.

1970, année charnière

Fasciné depuis toujours par l’édition, Ralph Gibson fonde sa propre maison d’édition indépendante, Lustrum Press. Il y publie trois ouvrages connus sous le nom de « La Trilogie« : The Somnambulist (1970), Déjà-Vu (1973) et Days at Sea (1974).
Véritable bouleversement des codes du livre photographique, La Trilogie propose notamment une mise en page radicalement nouvelle, explore des thématiques individuelles rarement montrées et la recherche d’un langage autonome se passant de texte pour se suffire à lui-même.
La Trilogie devient ainsi une véritable oeuvre de création qui naîtra autant du regard du spectateur que de la plume de l’acteur.  Avec cet ouvrage, Ralph Gibson définit un vocabulaire de la communication visuelle inédit, au service de sa vision éminemment surréaliste et devient le modèle de toute une génération de jeunes photographes américains, comme Larry Clark, Dany Seymour, Mary Ellen Mark ou français, els Yves Guillot et Arnaud Claass.

À VOIR : AU PAVILLON POPULAIRE, ESPLANADE CHARLES DE GAULLE, MONTPELLIER DU 18 OCTOBRE AU 7 JANVIER 2018
DU MARDI AU DIMANCHE 10h-13h / 14h-18H
 ENTREE LIBRE

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *