MHSC / Ligue des Champions : Montpellier manque son entrée dans la compétition

FOOTBALL. Les filles du MHSC retrouvaient la Ligue des Champions sept ans après l’avoir quitté. Face à elles pour ce 16e de finale aller se dressait les Russes de Zvezda 2005. Poussées par 1 600 spectateurs, les Montpelliéraines se sont pourtant inclinées 1-0 et peuvent nourrir des regrets. Les filles de Jean-Louis Saez devront rattraper ce retard mercredi prochain à Moscou pour voir les 8e de finale.

Elles voulaient briller pour ce retour en Ligue des Champions. Les Montpelliéraines auront surtout montré un festival d’occasions manquées en ayant pourtant toutes les clés en main pour s’imposer. D’autant que les Russes ne montraient que très peu de choses durant la première période. Dès la 8e minute, Blackstenius aurait pu ouvrir la marque mais Zvarich ne se laissait pas tromper. Ce n’était que le début des vendanges malheureuses de la Suédoise. Comme à la 25e où de manière incompréhensible, elle manqua le ballon dans une position idéale. Ou encore à la 45e quand elle perdit un nouveau face à face avec la gardienne russe. L’attaquante montpelliéraine faisait valoir son jeu collectif pour offrir de bonne situations à Cayman à la 41e dont la frappe s’envolait en tribune. Les Russes ne se montraient dangereuses qu’à une seule occasion. Gérard sur une sortie judicieuse dégageait dans les pieds de Kurochkina qui ne parvenait pas à exploiter l’offrande.

Le but cruel des Russes

De retour des vestiaires, les Montpelliéraines reprenaient avec la même intensité. À la 50e Blackstenius décalait pour Cayman qui ne mettait pas en danger la gardienne russe. Quelques minutes plus tard, la Suédoise s’illustrait à nouveau sur une frappe trop croisée. Elle était imitée par Gauvin sur l’action suivante. Mais le sort avait décidé d’être cruel ce soir. Sur leur seule véritable occasion, les Russes ouvraient la marque de manière malheureuse pour la pauvre Sembrant. Sur un frappe de Kurochkina, la défenseur suédoise déviait le ballon de la tête dans ses propres filets. Dès lors, les Montpelliéraines se ruaient à l’attaque. Blackstenius ou les entrantes Le Bihan et Léger sous l’impulsion des bonnes percées de Karchaoui sur son côté ne parvenait pas à remonter la marque.

À la fin du match, Jean-Louis Saez témoignait « d’un sentiment d’injustice et d’une soirée cauchemardesque » en se montrant satisfait des occasions créées. Les Montpelliéraines se déplaceront mercredi prochain à Moscou dans l’optique de remonter ce but de retard : « Il faudra être plus efficace au match retour. Avec un bon investissement et en y croyant on peut y arriver ».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *