Affiches : le préfet de l’Hérault dénonce la campagne du maire de Béziers

VIOLENCES. Des affiches ont fleuri ce lundi matin sur les grands supports de la Ville de Béziers installés sur la voie publique, dans le centre-ville et dans les quartiers : on y voit un homme en train d’étrangler une femme avec ce slogan : « L’État étrangle nos communes ».

Robert Ménard, le maire apparenté FN a une nouvelle fois choisi une image choc pour montrer du doigt la politique du président de la République, Emmanuel Macron et du gouvernement, après l’annonce de plans drastiques dans les emplois aidés, les logements, les dotations aux communes qui ont été réduites etc.

« Un populisme de caniveau »

Ces affiches ont choqué de nombreux Biterrois, des élus, des responsables politiques et d’associations etc. Jusqu’au préfet de l’Hérault. « Cette affiche est scandaleuse. Elle exalte la violence et la haine. Par son graphisme, elle rappelle des propagandes d’un autre temps qui ont fini dans les poubelles de l’Histoire. En bref, elle contient tous les ingrédients d’un populisme de caniveau que le maire de Béziers cultive sans vergogne. » déplore ce soir, Pierre Pouëssel.

On ignore si une plainte sera déposée auprès du procureur de la République de Béziers.

L’affiche de la honte pour le préfet de l’Hérault. Photo Ville de Béziers.

 

3 Comments

  1. Pas plus choquant qu’une affiche de film d’Hitchcock (les Oiseaux, Marnie, par ex) ou d’autres films de ces années-là.
    À force de sortir des polémiques pour rien, vous donnez raison au FN quand ils parlent de diabolisation. Bref, vous faites leur jeu.

  2. Monsieur le Préfet est un « donneur-de-leçons » de la plus belle espèce …il est venu un jour à l’accueil sdf où je travaille, pour dire aux SDF qui râlaient qu’on loge les migrants avant eux, que « la fraternité n’avait pas de frontières » …Curieux, de la part de quelqu’un qui n’hésite pas à fermer sa porte au nez des pauvres bougres qui dorment dans les rues de Montpellier …
    COMBIEN de sdf hébergez-vous donc, Monsieur le Préfet, pour vous autoriser ainsi à venir leur « donner des leçons d’humanité » ?
    (je rappelle que la moitié des sdf sont étrangers, ce qui est « choquant » c’est de loger des jeunes de 20 ans avant des personnes de + de 50 ans, hommes et femmes à la rue depuis des années, parfois!)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *