MHSC : que les agneaux deviennent des guerriers à Troyes

FOOTBALL. Montpellier se déplace ce samedi soir à Troyes pour un match déjà capital. Si la situation peu paraître compliquée, en revanche, elle n’est pas encore catastrophique. Elle pourrait néanmoins le devenir en cas de défaite.

Michel Der Zakarian semble durcir un peu son discours à l’encontre de ses joueurs. L’entraîneur héraultais a prévenu : « J’attends des guerriers, des mecs qui ont envie d’aller enfoncer l’adversaire, de gagner leur duel et d’être performants dans la passe, dans les centres, dans l’engagement que l’on met pour aller marquer un but ».

Après cinq journées de ligue 1, le MHSC pointe à la 17e place avec 4 points et seulement 3 buts marqués. Un bilan comptable insuffisant révélateur de certaines faiblesses de l’équipe. « On est trop gentillet. Offensivement, on est une équipe de bébés. On ne pèse pas dans l’engagement que l’on doit mettre devant le but », a lancé jeudi en conférence de presse Michel Der Zakarian.

Réveil des attaquants attendu

Autant dire qu’un réveil des attaquants est attendu. Il faudra néanmoins faire sans Giovanni Sio, suspendu 3 matchs après son carton rouge reçu contre Nantes. Casimir Ninga pourrait ainsi être aligné d’entrée de jeu. « Casimir est plein de bonne volonté. J’espère que si je fais appel à lui il va être bon et apporter de la profondeur, sa vitesse et marquer des buts », a seulement esquissé Michel Der Zakarian.

Si l’entraîneur héraultais a déjà essayé plusieurs systèmes, il pointe les défaillances techniques de son équipe : « Tous les systèmes de jeu sont bons mais si on se déplace mal et que l’on ne joue pas juste ce ne sera pas bien articulé et ce ne sera pas efficace (…) C’est la justesse de jeu et intelligence de déplacement, la bonne coordination à trouver entre nous et mettre beaucoup plus d’engagement et de détermination dans les 30 derniers mètres parce que là on est des petits agneaux ».

État de la pelouse critiquée

Après avoir critiqué l’état de la pelouse de la Mosson le week-end dernier, les Montpelliérains devraient pouvoir s’exprimer pleinement à Troyes : « J’espère que l’on va être capable de maitriser le ballon, le mettre au sol et le faire circuler ». Avec dans l’optique de ne pas permettre à l’adversaire de le récupérer trop facilement.

Quand on demande si la victoire est impérative, l’entraîneur répond : « Bien sûr qu’il ne faut pas perdre à Troyes. On y va avec l’ambition de le gagner. Et si on ne peut pas gagner, il ne faut pas prendre de but ». Pour y parvenir Michel Der Zakarian a convoqué quatre attaquants et six milieux soit l’inverse que contre Nantes. Kevin Bérigaud fait les frais de ce choix et l’absence de Giovanni Sio permet à Facundo Piriz et Stéphane Sessegnon d’intégrer le groupe.

Mauvais souvenir pour Lecomte

Ce Troyes-MHSC est le match du peloton de queue. Car, Troyes n’est pas au mieux : 15e avec 5 points, l’équipe de Jean-Louis Garcia possède toutefois un peu plus de certitude dans son jeu. La tâche ne sera pas aisée pour les Pailladins, d’autant que les Troyens sont à la recherche de leur première victoire à domicile. Le gardien Benjamin Lecomte en garde un mauvais souvenir après que Lorient, son ancienne formation, s’y soit cassée les dents la saison dernière lors des barrages. Permettant ainsi à Troyes d’accéder à l’élite et au passage à Benjamin Nivet -absent ce soir en raison d’un arrachement osseux au pied gauche- de damer le titre de joueur le plus âgé à évoluer en Ligue 1 à Vitorino Hilton. Michel Der Zakarian parlait de guerriers, en voilà déjà un.

En résumé, il est impératif que les agneaux montpelliérains deviennent des guerriers ce soir et sablent le champagne dans cette région capitale des petites bulles pétillantes.

1 Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *