L'effectif et le staff du MHB pour la saison 2017/2018 © CN.

Le MHB repart pour une nouvelle saison toujours porté par la volonté de rester un grand nom du handball national et européen. Et même si l’armoire aux trophées ne s’est pas étoffée l’année dernière, les co-présidents Rémy Lévy et Serge Granger sont satisfaits des parcours du club dans les différentes compétitions. Les deux avancent sereinement et prudemment pour pérenniser le club en assurant l’équilibre budgétaire. Avec l’indispensable Patrice Canayer à la baguette, le MHB se prépare à débuter la saison avec toutes les armes nécessaires pour de futures victoire. Les joueurs sont eux impatients d’en découdre dès ce mercredi au palais des sports René Bougnol pour la réception de Chambéry.

La préparation

Contrairement à la saison dernière où de nombreux joueurs étaient aux Jeux Olymiques, Patrice Canayer a bénéficié de l’intégralité de son groupe. Le jeune Melvyn Richardson, retenu avec les espoirs français, est juste arrivé un peu plus tard.

- Annonce -

Après avoir remporté l’Eurotournoi et terminé 3e du Trophée des Champions, Patrice Canayer se montre serein : « Les enseignements que l’on tire d’une préparation, il faut toujours les regarder avec pas mal de distance. On a fait un très très bon travail avec l’investissement des joueurs dès le premier jour de la préparation. J’en profite pour mettre en avant l’arrivée d’un nouveau préparateur physique engagé à plein temps. C’était une de mes demandes depuis quelques temps et on y a répondu favorablement. C’est un vrai progrès dans la qualité de l’encadrement ».

Sur les résultats des matchs, le technicien héraultais précise : « La deuxième chose c’est que au travers des matchs de préparation on ne cherche pas forcément les victoires mais on cherche à voir les formules. D’autant plus que l’on a un effectif de 19 joueurs en capacité à jouer en professionnel. Il est donc important de donner sa chance à tout le monde de s’exprimer et de voir les différentes formules que l’on va utiliser ».

Patrice Canayer a donc plusieurs motifs de satisfaction : « On va débuter la saison sans blessés, à part Mathieu Grébille qui est un blessé de longue durée, et j’espère que cela va durer le plus longtemps possible. La deuxième est que l’investissement a été très important. Et la troisième est que j’y vois beaucoup plus clair dans la manière dont on va démarrer la saison au niveau tactique, des options de jeu et même des joueurs ».

L’effectif

Le MHB a vu partir Jure Dolenec (Barcelone), Samir Bellahcene (Massy), Miha Zvizej (Ribe-Esbjerg) et Arthur Anquetil (Selestat). Des départs compensés par les arrivées de Melvyn Richardson (Chambéry), Benjamin Afgour (Dunkerque), Mohammed Soussi (Africain de Tunis) et Jean Loup Faustin, issu du centre de formation du MHB, qui intègre l’effectif professionnel.

« On a beaucoup de forces. On a un collectif qui s’est étoffé avec un nombre de joueurs assez important et des jeunes joueurs qui peuvent renforcer cette équipe en cas de blessure et même tout au long de la saison. À l’entraînement c’est important d’avoir un gros groupe pour pouvoir travailler de manière plus intensive pour certains ou plus cool pour d’autres » a commenté l’expérimenté capitaine Michaël Guigou qui sera plus que jamais le moteur de cette équipe.

Melvyn Richardson et Michaël Guigou © CN

Le jeune Melvyn Richardson, fils du célèbre Jackson Richardson, a rejoint le MHB et apportera sans aucun doute son insouciance et sa fraîcheur. Très décontracté il a expliqué les raisons de son choix : « Tout petit j’aimais voir le jeu de Montpellier. C’était un jeu qui m’attirait et qui était plaisant à voir. Montpellier c’est aussi un club historique, qui gagne des titres, qui sort beaucoup de joueurs internationaux. Je pense que c’est le club pour me permettre de progresser et vivre de nouvelles expériences comme la Ligue des champions ». Le jeune arrière droit poursuit : « Sur le plan personnel cela me permet de vivre ma vie d’homme car je quitte le cocon familial. Maintenant je vais vivre tout seul donc cela me permet aussi de grandir. Et Montpellier je pense qu’il y a pire comme ville. Cela bouge bien et il fait beau. Il y a tout pour grandir et progresser ici ». Le début de saison apporte deux clins d’oeil du destin à Melvyn Richardson. Il retrouvera Chambéry dès mercredi pour la 1ère journée du championnat. Et en octobre, le MHB rencontrera Dijon en coupe de la Ligue, club entraîné par un certain Jackson Richardson.

Sur Mathieu Grébille blessé à l’épaule droite depuis mai dernier, Patrice Canayer a annoncé que le joueur ne serait pas de retour avant février et s’est montré confiant : « Il va plutôt bien. Moralement, très bien. C’est un garçon qui a subi beaucoup de problèmes ces dernières années et c’est souvent la tête qui finit par lâcher. Il a eu quelques moments difficiles au départ mais il a vite repris le dessus. Aujourd’hui, à ce niveau là, on peut dire que c’est un joueur très costaud mentalement par rapport à ce type de blessure. Il s’astreint à un gros travail de 5 à 6 heures par jour entre les séances kiné, les piscines, le travail physique… et il est en évolution vraiment très intéressante ».

L’objectif en championnat

« Ces dernières années Paris s’est imposé au niveau du championnat de France et nous on a oscillé entre la 2e et la 4e place. À nous d’être plus fort et plus régulier » prévient Michaël Guigou. D’autant que le capitaine a le calendrier bien en tête et sait à quoi s’attendre : « On reçoit Chambéry, on va à Nîmes, on reçoit Tremblay qui a fait une très très bonne préparation, on va à Nantes en quatrième match. Ensuite très rapidement il y a Saint-Raphaël et Aix-en-Provence qui se profilent. On sait que l’on a un très gros début de championnat ».

L’internationale français a de l’expérience et ne compte pas renouveler les erreurs passées : « À nous de ne pas faire ce que l’on a fait l’année dernière c’est à dire gâcher des munitions trop rapidement qui nous empêcherait de viser le haut du tableau car on a cette ambition ».

L’Europe

« Le problème auquel on est confronté est d’améliorer systématiquement et sans arrêt les résultats du club. L’année dernière on était quart de finaliste donc l’objectif est de faire encore mieux cette saison. Dans un premier temps assurer ce niveau là et dans un second temps faire mieux l’année prochaine » annonce Patrice Canayer.

De son côté Rémy Levy se félicite du retour du MHB parmi l’élite : « On va essayer de rester une capitale handball en France mais aussi et surtout au plan européen. La saison écoulée aura vu le retour du MHB dans le top 8 européen. On est très heureux de se retour à ce niveau. On était pas loin du Final Four et on va continuer à travailler pour rester à ce niveau. Et on est très heureux de faire parti des huit clubs qui travaillent régulièrement à l’évolution de cette compétition au même titre de Barcelone, Kiel ou Veszprem ».

La ligue des Champions débute dès samedi au palais des sports René Bougnol avec la réception du Metalurg Skopje. Le MHB devra sortir d’un groupe compose également de Besiktas, du Sporting Portugal, de l’HCM Zaporozhy et de Tchekhov Medved

L’Académie

« C’est un dossier que l’on travaille depuis un an et demi / deux ans et qui a vraiment démarré cette année même s’il reste encore pas mal de chose dans la mise en place » a présenté Patrice Canayer. « Aujourd’hui il s’agit d’une filière d’excellence qui commence aux 14-15 ans et qui va jusqu’aux 22 ans. On a à peu près 70-80 jeunes dans ce dispositif avec des jeunes qui viennent de nationalités étrangères : un Suisse, deux Italiens, on travaille avec un Géorgien qui va arriver prochainement. Tout en faisant la part belle aux joueurs français ».

Patrice Canayer, entraîneur du MHB depuis 1994 ©CN

Le technicien héraultais explique l’objectif de cette académie : « Le club est une marque à l’international. On a acquis un savoir-faire dans la formation depuis de longues années et aujourd’hui l’idée est de la mettre en exergue. Un peu comme le principe des grandes écoles sur lequel on souhaite beaucoup s’appuyer. On travaille sur la dimension sportive, ça c’est déjà bien en place, sur une dimension marketing aussi, et sur une dimension économique car l’objectif c’est de rentabiliser et faire financer cette école ».

L’académie est donc un concept englobant le centre de formation, le pole espoir et l’équipe réserve. « L’objectif est d’avoir une grande école de dimension internationale. L’idée c’est de former des jeunes joueurs qui pourront peut être devenir des professionnels mais aussi des citoyens de demain avec une formation scolaire, étudiante, universitaire… » résume Patrice Canayer.

Les matchs à l’Arena

Interrogé sur la question des infrastructures, Patrice Canayer a préféré passer la main à Serge Granger : « Cette année nous avons décidé d’aller à l’Arena pour deux matchs (ndlr : Nîmes et Paris). On s’est exprimé assez fortement dans la presse des problèmes que nous posent la location de l’Arena. Nous sommes les garants de l’équilibre budgétaire de ce club, et dieu sait que l’on revient de loin. Il est hors de question pour nous de faire des matchs dans un endroit où l’on repart avec 5 000 spectateurs et une perte financière. Ce n’est pas concevable. Nous sommes encore en discussion avec les organisations qui gèrent l’Arena. Notre souhait est de pouvoir y jouer le plus souvent possible mais pas aux conditions actuelles. On ne peut pas se le permettre ».

Serge Granger, président de l’association, et Rémy Lévy, président de la SAS © CN

Rémy Lévy complète : « On a une belle avance avec cet outil. Aujourd’hui arrivent de nouveaux projets à Aix ou Nantes par exemple. C’est un peu dommage d’avoir un aussi bel outil à Montpellier, à avoir eu autant d’avance dans le lancement de cette salle et de ne pas l’exploiter. Il faut avancer vite car la concurrence le fait rapidement ».

Le MHB jouera donc ses matchs dans son antre du palais des sports René Bougnol. Le club ira jouer à l’Arena en décembre (le 21 ou 22) pour la réception du PSG et en avril (18 ou 19) pour le derby face à Nîmes. Patrice Canayer n’a pas manqué de souligner à quel point les infrastructures tiennent une place importante actuellement dans le développement des clubs et du sport en général. Tout comme les animations et événements entourant les matchs que le MHB va de plus en plus développer cette saison.

PARTAGER
Journaliste depuis plus de 10 ans et amoureux de Montpellier. Observateur discret de la vie locale. Ses centres d’intérêt ? « Aussi variés que les facettes de la ville ».

1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here