Mégot de plage et de voiture ?
PRÉVENTION. Plus de cent hectares de pinède, de garrigue et de broussailles ont brûlé mercredi lors de deux feux de forêt dans l’Hérault, l’un -80 hectares- entre Combaillaux et Grabels aux portes nord-ouest de Montpellier, l’autre -35 hectares- à Neffiès, près de Pézenas.
D’autres départs de feu -une dizaine- ont mobilisé par ailleurs les pompiers dans le département mercredi et jeudi à Pézènes-les-Mines, Mèze, Fabrègues, Villeneuve-lès-Maguelone, Lattes, Saint-Vincent-d’Olargues, Agde, Bessan, Creissan, Cers et sur le plateau d’Aumelas.

Enquêtes en cours

Des enquêtes de gendarmerie et des policiers de la Sécurité publique sont en cours, notamment sur les sites calcinés de Combaillaux, Grabels et Neffiès, où les experts de la cellule technique de recherche des causes d’incendies sont à pied d’oeuvre. Il s’agit d’isoler l’endroit d’où les flammes sot parties, ce qui a déjà été fait jeudi matin, selon nos informations.
Les gendarmes des brigades de recherches de Castelnau-le-lez -pour le feu de Combaillaux-Grabels – et de Pézenas, pour Neffiès ont commencé leurs investigations : feux accidentels ? Feux volontaires ? L’enquête le dira, mais le départ du feu près du Mas de Gentil, entre Grabels et Saint-Gély-du-Fesc pourrait être criminel : la mise à feu a été faite dans le sens où soufflait fortement le vent d’ouest pour une propagation rapide dans le massif boisé du lieu-dit la Goule de l’aval, entre le Mas de Gentil et la Valsière.

Une petite boîte en métal

Des statistiques ont prouvé que dans le passé, et pas plus tard que cet été, des mégots imprudemment jetés de véhicules en marche ont embrasé des herbes sèches bordant les routes, et le vent aidant, ont provoqué des feux de végétation.
Un sapeur-pompier du Sdis 34, Benoît Schumann a la solution : comme les conducteurs ou les passagers des véhicules en circulation n’ont pas le réflexe d’écraser leurs bouts de cigarettes dans le cendrier et qu’ils s’en débarrassent en le jetant par les vitres ouvertes, la petite boîte, eh bien, pourquoi pas utiliser la petite boîte mis à la disposition des baigneurs sur les plages du littoral de la région Occitanie pour récupérer les cendres et surtout les mégots, histoire d’éviter de polluer les sites.

Sensibilisation de “Project Rescue Ocean”

Deux chiffres donnent le vertige : chaque année, près de 45 milliards de filtres de cigarettes non biodégradables sont jetés dans la nature et 500 litres d’eau polluées par seulement un mégot qui termine sa vie dans les rivières et les océans, via les égouts.
Aussi, afin de sensibiliser la population sur cette pollution urbaine et environnementale, tout en contribuant à garder les espaces propres, Benoît Schumann qui réside à Bessan, entre Agde et Pézenas propose, au travers de son association « Project Rescue Ocean » de petites  boîtes en métal permettant de récupérer les filtres de cigarettes.

 

Ce cendrier de poche, pratique à emporter dans sa voiture, malheureusement considéré encore trop souvent comme un accessoire marginal, peut aussi permettre de récupérer les chewing-gums, autre fléau qui finissent régulièrement collés sur les trottoirs des communes, voire sous les semelles des chaussures.

Pour 2 euros seulement

- Annonce -

Pour seulement 2 €, il est très facile et citoyen de devenir un fumeur responsable, contribuant ainsi à faire évoluer les mentalités. Et en cette période estivale où les forêts de notre région, notamment de l’Hérault, du Gard et de l’Aude brûlent, pourquoi pas l’utiliser pour éviter que les mégots n’atterrissent dans les broussailles.

Benoît Schumann est convaincu que son cendrier à emporter constitue une bonne solution. Des observateurs relèvent toutefois cette réalité : “On constate que les occupants qui fument dans les véhicules sont très peu nombreux à écraser leur mégot dans les cendriers pourtant à portée de main. Est-ce qu’ils vont le faire s’ils achètent ce cendrier portable ? On en doute”.

Campagne du Sdis de l’Hérault

Cette initiative de Benoît Schumann intervient alors que les pompiers de l’Hérault ont relayé sur les réseaux sociaux un message sans équivoque : sur la photo d’un mégot encore allumé jeté sur l’asphalte avec une voiture qui s’éloigne en arrière-fond, il est écrit : « Ce petit geste qui fait de vous un gros con. »​ « À bon entendeur ! »…

Cette campagne a été très médiatique, puisque des reportages dans les JT et des magazines nationaux ont permis cette forte sensibilisation à un phénomène qui défraye la chronique chaque été dans le Midi de la France.

>> Pour le cendrier de poche : http://www.herault-tribune.com/articles/37335/bessan-proteger-le-littoral-en-recuperant-ses-megots-sur-les-plages/#z2dQI2M6oTPeq6eZ.99

Une trouvaille d’un pompier de l’Hérault.
PARTAGER
mm
Sa passion, c’est son métier depuis déjà 36 ans. Spécialisé dans le traitement des faits-divers et dans les chroniques judiciaires, ce « roi du scoop » natif du Luberon ne compte jamais ses heures. Ses atouts : une plume aiguisée et un réseau d’informateurs à faire pâlir.

3 Commentaires

  1. Sauf que pour se servir de la dite boite , il faut l’ouvrir et la soutenir pendant que l’on y écrase son mégot , ce qui implique l’obligation de lâcher le volant pendant quelques secondes . Et hop : pv pour conduite dangereuse ! Alors qu’il suffirait d’inciter les constructeurs à réinstaller des cendriers dans leurs voitures . Mais , bien-sûr , cela ne ferait pas plaisir aux anti-tabac …

    • Oui , mais ne demandez pas à une jeune femme s’il lui arrive de fumer à l’arrêt , elle risque de mal l’interpréter …

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here