Aïd-el-kébir dans l’Hérault : environ 2000 ovins ont été sacrifiés

TRADITION. La célébration de la fête religieuse musulmane de l’Aïd-el-Kébir a eu lieu durant les trois jours du week-end dernier, en fin de période de congés scolaires.

« L’action des services de l’État dans le département de l’Hérault a permis de concilier le bon accomplissement du rite avec les dispositions légales de protection des consommateurs, de protection du bien-être animal et de respect de l’environnement. La direction départementale de la protection des populations -DDPP- a assuré le contrôle des conditions de fonctionnement des abattoirs temporaires autorisés de Montpellier – sur le site de Grammont- et de Baillargues, ainsi que de l’abattoir permanent de Pézenas », indique ce mardi soir la préfecture de l’Hérault.

23 agents déployés

Ainsi, 23 agents de la DDPP ont été déployés sur l’ensemble des sites tout au long des opérations d’abattage, afin de vérifier le respect des règles de protection animale, la santé des animaux avant abattage, les conditions de l’abattage, l’état sanitaire des carcasses avant leur remise aux consommateurs ainsi que l’élimination des sous produits, conformément au respect des règles de protection de l’environnement.

La capacité d’abattage offerte sur les trois sites autorisés cette année s’élevait à 2510 animaux, étalée sur une période de 2 jours, en nette progression depuis 4 ans. Elle devrait continuer à s’accroître dans les années à venir afin de permettre aux fidèles de célébrer la fête dans les meilleures conditions de santé publique.

Au total, dans l’Hérault, au terme de la fête,  près de 2000 ovins ont été sacrifiés dans les conditions exigées par la règlementation, dont 1801 dès le 1er jour de la fête (438 à Montpellier-Grammont, 353 à Baillargues et 1010 à Pézenas).

Cinq abattages clandestins

La lutte contre les abattages clandestins a représenté la seconde priorité de l’État. Les services de la gendarmerie Nationale et de la police nationale -Sécurité publique-, en collaboration avec la DDPP sont intervenus auprès de plusieurs sites d’abattage clandestin et ont notamment procédé à la saisie de 25 moutons vivants et de 12 carcasses.

« Des contrôles aléatoires de véhicules privés ont été également effectués afin de vérifier les conditions de transport des animaux. Les animaux vivants saisis ont été orientés vers un abattoir agréé et abattus conformément à la règlementation. 5 personnes soupçonnées d’avoir organisé ces activités illégales font l’objet de procédures judiciaires », révèle ce soir la préfecture de l’Hérault. Les procédures ont été transmises aux procureurs de la République de Montpellier et de Béziers qui vont entamer des poursuites judiciaires.

L’abattage clandestin, en dehors d’un abattoir autorisé est passible de peines allant jusqu’à 6 mois d’emprisonnement et 15’000 euros d’amende -article L.237-2 du code rural et de la pêche maritime- et le transport d’animaux dans des conditions incompatibles avec le bien-être animal est interdit et passible de 750 euros d’amende, selon l’article R 215-8 du même code.

6 Comments

  1. Et pour ce qui est de la réglementation pour l’égorgement alors que le moutons est vivant mais non assomé ? Des nouvelles des contrôleurs ?

  2. Pour favoriser le business avec des pays finançant le terrorisme (Arabie-Saoudite, Kathar, Koweit…) la filière Française de la viande accepte cette saloperie ILLÉGALE qui consiste à égorger vivant des animaux au nom d’une religion de barbares arriérés. La façon dont ses bêtes sont massacrées est la même façon que celle qu’utilise Daesh pour égorger et décapiter des humains. Que cela se sache.

    1. Tamurt du 2/09/2017 : « ALGÉRIE (Tamurt) – La scène est ce qu’il y a de plus effrayant et terrorisant pour un enfant. Et en plus, elle se déroule dans une ambiance de fête et de joie. Pourtant, il s’agit d’un égorgement. Au sens propre du terme. Même les adultes, en grande partie, ne supportent pourtant pas ces images consistant à mettre par terre un mouton, à l’immobiliser avant de lui glisser fièrement un couteau sous la gorge.
      Le tout suivi du fleuve de sang qui coule à profusion. Pourtant, ce vendredi, en Algérie comme partout ailleurs dans les pays musulmans, des millions d’enfants, même ceux qui sont en en bas âge ont assisté en direct au sacrifice du mouton de l’aïd. Un pauvre mouton avec lequel ces mêmes enfants innocents ont pourtant eu tout le temps de se familiariser pendant les jours ayant précédé l’Aïd El Adhha. Il va sans dire que la responsabilité de tout ce qui en découlera incombe d’abord aux parents et aux lois qui devraient au moins interdire que les enfants soient exposés à de telles scènes dignes de la préhistoire. »

  3. Traduisez ce que j’ai écris comme vous vous voulez, je suis responsable de ce que j’écris, pas de ce que les gens comprennent. Je met ces sacrifices au mêmes niveaux que l’arrachement du gosier d’une bête VIVANTE pour faire de la viande casher, où le fait de massacrer des porcs à coups de masses sur la tête dans certaines fermes en France, ou bien encore de massacrer un taureau dans une arène pour le plaisir pervers de quelques psychopathes avinés. Un animal ça se respecte, ce n’est pas de la merde…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *