Montpellier : quatre nouveautés au Marché d’Intérêt National

ALIMENTATION. Lors du conseil d’administration du Marché d’Intérêt National -MIN- Mercadis de Montpellier présidé par Jackie Galabrun-Boulbes, un plan d’actions a été validé avec quatre mesures phares. Le MIN, également appelé marché gare est l’endroit où se fournissent 3000 acheteurs professionnels -primeurs, bouchers, restaurants traditionnels etc.- qui alimentent un bassin de consommation de 1 million d’habitants, répartis sur 4 départements.

Implantation d’un box fermier

À la fois stand de présentation permanent et plate-forme d’expédition, ce box complètera l’offre régionale déjà présente. Les producteurs et transformateurs locaux pourront contrôler directement leurs débouchés. L’attractivité créée est espérée comparable à celle enregistrée l’an dernier avec l’implantation de plusieurs coopératives fromagères régionales sous l’enseigne Sud Fromage.

Lancement d’un carreau bio

Dans les semaines à venir, un carreau bio dédié à l’agriculture biologique se tiendra tous les mercredis matins, en même temps que le carreau conventionnel. Ce nouveau service doit permettre aux producteurs, ayant l’étiquette bio, d’accéder à une clientèle professionnelle diversifiée.

De plus, Mercadis propose d’autres débouchés aux productions estampillées bio comme l’expédition vers d’autres MIN partenaires tel que Rungis ou la transformation assurée par trois entreprises certifiées bio du pôle de transformation du MIN (Agriviva, Il était un fruit, Label d’Oc).

Le pôle transformation

Inauguré en février dernier, ce pôle répond à une carence en ateliers de transformation sur le territoire. Les six entreprises implantées y transforment les productions locales : fruits, légumes, viandes, produits de la mer.

Pour optimiser la compétitivité des entreprises du pôle, le MIN joue le rôle d’incubateur, partage les risques liés aux investissements et propose des services et du foncier mutualisé. Aujourd’hui le pôle emploie près de 50 personnes dont 15 en insertion.

La transparence

C’est un domaine sur lequel le MIN innove en proposant un service de traçabilité, en partenariat avec l’INRA, et en lançant prochainement une plate-forme virtuelle. Pour les fruits et légumes, qui représentent 35 % de l’activité totale estimée à 120 M€,  une centaine de producteurs présents garantissent provenance, fraîcheur, diversité et qualité gustative à près de 450 acheteurs professionnels. Cette offre est complétée par une douzaine de grossistes. 40% des fruits et légumes distribués sur le MIN sont cultivés dans le sud de la France. Au total, 50% des produits, toutes filières confondues, qui sont commercialisés sont issus de production du sud de la France.

Les orientations de la métropole en matière d’agro-écologie sont destinées à mettre en place un système alimentaire plus durable proposant une alimentation saine aux habitants issu des productions locales, et participant au maintien et à la création d’emplois productifs sur le territoire.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *