Fête du Crès : les voleurs d’une vingtaine de téléphone arrêtés

VIOLENCES. Des adolescents et des jeunes adultes soupçonnés d’avoir volé une vingtaine de téléphones portables à de jeunes victimes, lors de la fête votive du Crès, à la périphérie nord-est de Montpellier ont été identifiés et arrêtés par les gendarmes de la compagnie de Lunel, qui les surveillaient dans le cadre d’une enquête en cours.

Le mode opératoire était toujours le même : venus exprès pour commettre ces actes de violences gratuites, les agresseurs repéraient un adolescent esseulé dans un coin de la fête pour l’entourer, lui demander un renseignement ou une cigarette et dans la foulée le pousser dans le dos pour le faire tomber.

Venus de Montpellier

Quand la victime se relevait, les agresseurs avaient pris la fuite avec son téléphone mobile. Les plaintes ont afflué à la brigade de gendarmerie de Castelnau-le-Lez qui ont passé le relais des investigations à leurs collègues de la compagnie voisine de Lunel, qui traquaient ce groupe de délinquants depuis plusieurs jours pour des vols de ce type.

Venus spécialement de Montpellier par le tramway, déjà identifiés comme ayant opéré récemment sur la place de la Comédie où ils ont arraché des téléphones portables des mains des victimes, ils ont été interpellés pour une bonne vingtaine de méfaits au Crès.

En revanche, ils ont été mis hors de cause pour des arrachages de téléphones mobiles, lors de cette fête, après l’arrestation d’un individu qui opérait en solitaire. Il a notamment dépouillé une jeune fille dans une rame du tramway à Castelnau-le-Lez.

Dégradations à Saint-Gély-du-Fesc

La fête votive de Saint-Gély-du-Fesc le week-end dernier a également été agitée. Les gendarmes des unités de la compagnie de Castelnau-le-Lez, dont le Peloton de surveillance et d’intervention -Psig- ont eu maille à partir avec une bande venue de Saint-Mathieu-de-Tréviers pour semer la zizanie sur la piste de danse, autour et aux buvettes.

Un des jeunes qui provoquaient des mineurs de Saint-Gillois a été trouvé porteur d’une arme blanche, lors de son interpellation difficile, les gendarmes ayant été pris à partie. Ce suspect est par ailleurs soupçonné d’avoir volontairement dégradé des véhicules en stationnement lors de cette fête.

Le week-end précédent, des incidents entre bandes rivales avaient terni le déroulement des festivités estivales de Saint-Georges-d’Orques, où là aussi, des gendarmes avaient été menacés.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *