MHSC : Paul Lasne enfin stabilisé au mileu

FOOTBALL. Capitaine samedi soir face à Strasbourg, Paul Lasne réalise un bon début de saison. Après avoir été baladé à droite puis à gauche par Roland Courbis, Frédéric Hantz et Jean-Louis Gasset, il retrouve avec Michel Der Zakarian son poste de prédilection. Le milieu défensif, qui entame sa dernière saison de contrat avec le MHSC, s’est présenté à la presse ce jeudi matin. Paul Lasne est revenu sur sa situation et sur les premiers matchs de l’équipe montpelliéraine avec lucidité.

Y a t-il de l’inquiétude avant le match face à Dijon ?

Ce sera un match important. C’est un premier virage dans cette saison qui conclura le mois de préparation du mois de juillet et ce mois d’août toujours important. Démarrer une saison pied au plancher ou de manière plus difficile, cela donne une indication sur la suite. Donc évidemment ce sera pour nous un virage pour faire un petit bilan de ce que l’on a fait jusqu’à présent face à une équipe qui va chercher sa première victoire devant son public. Il faut être prêt.

L’équipe est solide défensivement mais a du mal à faire le jeu…

La première des choses c’était de se rassurer défensivement, de renforcer vraiment le côté défensif parce que la saison dernière, comme l’a dit le coach quand il est arrivé, on prenait trop de buts. Il fallait à tout prix renforcer le côté défensif. Et évidemment il y a encore sur le plan offensif des automatismes à trouver. Il y a quelques nouveaux joueurs, il y a du liant à trouver entre le milieu et les attaquants. Cela va se faire petit à petit. Mais effectivement on a un déficit dans notre jeu offensif malgré notre potentiel. C’est sûr ça qu’il faut maintenant travailler. On a les qualités pour faire mal avec des joueurs très rapides devant. Il faut s’en servir.

La seconde période face à Strasbourg peut être une bonne base de travail…

Tout à fait. Ce qu’il faut retenir c’est que l’on a prouvé que l’on avait du caractère. Déjà c’est un point important. Sur le terrain j’ai ressenti de la solidarité, de l’engagement, chacun voulait travailler pour l’autre et ce sont des vertus importantes dans une saison qui est très longue. Et évidemment dans le jeu on a été bien meilleur en seconde mi temps. On a beaucoup plus étouffé l’adversaire et à juste titre on revient au score. On doit l’emporter même s’il y a un hors jeu. Mais oui on doit s’appuyer sur cette mi-temps pour reproduire ça sur la totalité d’un match. C’est vrai que l’on a des bouts de match où on est très bons, très présents sur l’adversaire, très agressifs mais on a aussi malheureusement des bouts de match où on est éteints, un peu groggy… Il faut élever notre niveau pour pouvoir faire des prestations comme la deuxième mi-temps de Strasbourg mais sur l’intégralité de la rencontre.

À part face à Caen où le contexte était particulier, l’équipe a du mal à rentrer dans les matchs…

À Toulouse on s’était méfiés de leur pressing et leur impact. On a voulu les prendre à leur propre piège en jouant long et en essayant de les presser haut. Du coup cela a donné un match très brouillon, avec beaucoup de duels, certainement pas très agréable à regarder. Contre Strasbourg, effectivement, on a eu du mal à mettre du rythme même si on a eu une grosse occasion dès le début. Le football c’est ça aussi. Si on marque ce but rapidement, le match tourne autrement et cela nous aurait donné confiance pour la suite du match. Après il faut reconnaître que Strasbourg a de belles qualités, ce n’est pas pour rien qu’ils ont battu Lille 3-0 la semaine d’avant. Il faut que l’on travaille notre aptitude à démarrer les matchs de manière déterminer, à tout de suite étouffer l’adversaire, tout de suite monter très haut les chercher et les empêcher de produire du jeu et surtout de prendre confiance.

Vous êtes presque plus une équipe de contre qu’une équipe qui peut imposer son jeu, est ce que cela explique ces débuts de matchs ?

On est aussi capable de garder la balle. Je pense que sur les derniers matchs on doit avoir la possession en notre faveur. On peut aussi avoir une phase de conservation. Là c’est la subtilité du football. Il faut savoir parfois garder la balle et parfois aller vite devant. On a l’atout d’avoir des joueurs rapides qu’il faut utiliser mais on a aussi des joueurs pour garder la balle un peu plus.

Vous avez beaucoup travaillé le 4-4-2 et finalement c’est en 4-2-3-1 que vous avez fait les deux meilleurs périodes. Est ce que ce système vous convient mieux ?

Cela dépendra des matchs et des adversaires. Parfois c’est important de jouer avec deux véritables attaquants pour mettre du poids sur la défense adversaire. Et parfois mettre un milieu supplémentaire pour densifier le milieu de terrain. C’est aussi l’adaptation à l’adversaire. Il y a plusieurs formules possibles. Il faut en parler avec l’entraîneur qui dispose de joueurs avec différentes qualités. C’est le rôle du staff technique de savoir qu’elle est la meilleurs formule pour commencer un match.

Tu a été capitaine lors du match face à Strasbourg. Tu es un titulaire indiscutable ce qui n’était pas le cas les précédentes saisons. On a l’impression que tu as franchi un nouveau palier. Comment vis tu cette saison ?

Déjà ce dont je suis content c’est que je joue à mon poste. Ce qui a été le cas que assez rarement ces dernières saisons. J’ai été pas mal dispatché à gauche, à droite, arrière gauche, milieu droit… Cela me fait du bien de retrouver une stabilité à un poste. Enchaîner les matchs à un poste cela permet de trouver des automatismes, des repères, de prendre confiance… Effectivement ce début de saison se passe bien pour moi. Le coach m’a accordé sa confiance en me donnant le brassard sur le dernier match. C’est une source de satisfaction évidemment. Je suis très content de ce début de saison. Cela va monter en puissance au fur et à mesure des matchs. L’important c’est que cela me fait du bien de retrouver la stabilité au poste qui est le mien et où j’ai été formé.

Tu as l’impression de jouer une saison charnière ?

Peut être. Aussi parce que je suis dans ma dernière année de contrat. Donc évidemment pour un joueur c’est toujours une année importante. On a toujours le risque d’après. On n’a pas de filet de sécurité. Il faut savoir être serein et continuer à faire son travail. Évidemment c’est une année particulière et pour l’instant elle démarre bien.

Des discussion ont été entamées par rapport à ton contrat ?

On est en train de discuter tout doucement pour voir qu’elle est la suite à donner. On va en parler avec Laurent Nicollin et Bruno Carotti. Je pense qu’ils ont des réunions avec le staff technique. Je ne suis pas au courant de tout mais évidemment c’est une discussion qu’il faudra avoir dans tous les cas. Je ne sais pas s’ils souhaitent continuer l’aventure. Je ne sais pas qu’elle est la suite que je veux donner à ma carrière. Il faudra avoir la discussion. Mais moi je suis très heureux à Montpellier, cela se passe très bien en ce moment. Pour l’instant c’est encore un peu le flou. On est en période de mercato, c’est bientôt la fin. Le club a eu des priorités sur certaines ventes. On se verra tranquillement en septembre.

Tu as eu des sollicitations extérieures ?

Il y a certaines sollicitations. Mais comme je l’ai dit je commence très bien ma saison ce qui n’a pas toujours été le cas. L’année dernière Frédéric Hantz avait mis beaucoup de temps avant de me faire confiance après ma longue blessure et j’avais rejoint l’équipe dix matchs après le début de saison (ndlr : Victime d’une rupture du ligament croisé antérieur au genou droit en octobre 2015, Paul Lasne, opérationnel en juillet 2016, n’avait retrouvé la Ligue 1 qu’en octobre 2016) . C’est sûr que le début cette année est beaucoup plus satisfaisant pour moi. Pour l’instant, je suis 100 % Montpelliérain. Évidemment il peut y avoir des sollicitations mais c’est le jeu du mercato.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *