Feu de pinède à Graissessac : Tracker, Dash et Canadair engagés

INCENDIE. Deux Tracker et quatre Canadair de la Sécurité civile ont été engagés ce dimanche soir sur un feu de pinède qui se développe le long d’une piste forestière sur la commune de Graissessac, dans les hauts-cantons de l’Hérault, au nord de Bédarieux.

Le feu s’est déclaré vers 18h15 dans un massif boisé non loin de la RD 163, au nord de Gaissessac en direction de l’Aveyron.

Les trois Air Tractor, les bombardiers d’eau départementaux loués l’été par le Sdis 34 ont effectué des largages, mais les flammes sont attisées par un vent assez fort dans une zone boisée difficile d’accès. Ils reçoivent l’appui des Tracker et des Canadair qui étaient en guet aérien armé -GAAR- dans le département ce dimanche, en raison du risque très sévère.

Le Sdis 34 mobilise de gros moyens au sol : 4 groupes d’intervention feux de forêt -GIFF-, soit 120 sapeurs-pompiers sont sur le terrain, un groupe de commandos feux de forêt et un groupe de soutien sanitaire. Des groupes de forestiers sapeurs de l’Hérault sont engagés.

À 19h45, une surface de 4 hectares avait déjà brûlé. Le feu poursuivait sa progression. Les 4 Canadair ont été détournés sur un feu de forêt à Junas, près dé Sommières dans le Gard.

Un Dash 8 est attendu sur zone à Graissessac pour remplacer les Canadair.

À 20h45, le Sdis 34 indiquait que 20 hectares avaient brûlé et que des centaines d’hectares étaient menacés. L’objectif des pompiers au sol et du ciel est de stopper le front de feu avant la tombée de la nuit.

Objectif réussi : le feu était fixé à 22h avec le bilan ainsi arrêté : 7 hectares de pins ont brûlé, une surface calcinée nettement revue à la baisse. Les 120 pompiers vont passer la nuit à noyer les lisières encore fumantes.

Les pompiers du groupe commandos feux de foret du Sdis 34 sur place. Photo Bruno Bousquet pour Métropolitain.
Un Tracker largue à Graissessac, ce soir. Photo Bruno Bousquet pour Métropolitain.
Pompiers et agents de l’ONF sur place à Graissessac. Photo Bruno Bousquet pour Métropolitain.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *