La Vuelta à Nîmes et Montpellier : des policiers catalans mobilisés

TOUR D’ESPAGNE. La Vuelta, dont c’est la 72ème édition est placée sous haute surveillance ce week-end dans le Gard, l’Hérault, l’Aude et les Pyrénées-Orientales, après les attentats meurtriers de Barcelone et de Cambrils, en Catalogne, jeudi.

En effet, cette année, les cyclistes et la caravane du Tour d’Espagne partent du sud de la France : de Nîmes, ce dimanche à la Principauté d’Andorre, lundi, via l’est et le sud de Montpellier, puis Narbonne et enfin Prades dans les Pyrénées-Orientales et Andorre, lundi, avant qu’il ne gagne les routes espagnoles.

Discrètes vérifications

Outre la présence importante de policiers nationaux de la Sécurité publique, du groupe anti-terroriste du SRPJ de Montpellier, des polices municipales et des gendarmes de la région Occitanie, des policiers de Catalogne sont arrivés à Montpellier vendredi : la Guardia Civil et des enquêteurs d’unités judiciaires et de lutte anti-terroriste.

Après les attentats de Barcelone et de Cambrils revendiqués par l’État islamique, des vérifications sont discrètement menées actuellement en marge du départ de cette course cycliste, sur le trajet qu’emprunteront les coureurs et la caravane, en collaboration avec les services anti-terroristes français.

 

2 Comments

  1. En effet, cette année, les cyclistes et la caravane du Tour d’Espagne partent du sud de la France : de Nîmes, ce dimanche à la Principauté d’Andorre, lundi, via l’est et le sud de Montpellier, puis Narbonne et enfin Prades dans les Pyrénées-Orientales et Andorre, lundi, avant qu’il ne gagne les routes espagnoles.

    Il n’y a pas des erreurs là ?? C’est incompréhensible …

  2. Je ne comprends pas. Pourquoi des policiers catalans si c’était des policiers espagnols ? Que je sache la Guardia Civil n’est pas catalane.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *