Attentat de Barcelone : un habitant de Lunel sauvé par une boutique

TÉMOIGNAGE. Mickael, un Lunellois de 27 ans qui était en vacances avec un copain, jeudi en fin d’après-midi à Barcelone a eu la plus grande peur de sa vie. Tous deux se trouvaient sur la célèbre Rambla de la capitale de Catalogne, quand l’attentat s’est produit.

Mickael, le miraculé de Barcelone raconte à Métropolitain. Un témoignage exclusif.

>> À quel endroit étiez-vous au moment de l’attaque ?

Nous sommes arrivés mardi à Barcelone pour plusieurs jours de vacances. Jeudi, peu après 17h, nous étions en train de flâner tranquillement sur la Rambla, que nous remontions, quand nous sommes passés devant une boutique, avec des vêtements qui me plaisaient. Nous sommes alors rentrés dans cette boutique perpendiculaire à la Rambla, et avec le recul, on se dit que c’est ce qui nous sauvés la vie, car, dans la minute qui a suivi, nous avons entendu un coup de feu, puis on a vu des gens qui couraient dans tous les sens en hurlant. Et on a vu passer une camionnette qui zigzaguait et qui percutait volontairement des piétons. On était à 50 mètres de là. C’était l’horreur. Il y a eu un mouvement de foule énorme, vraiment impressionnant. Je revois encore ces scènes insoutenables.

>> Vous êtes restés dans cette boutique alors ?

Sur le coup, on a pas très bien compris ce qui se passait, puis, très très vite, on a capté qu’il s’agissait d’un acte terroriste fou, comme sur la Promenade des Anglais à Nice. Le commerçant de cette boutique à l’enseigne Spike est Français. Il a baissé le rideau et ils nous a mis en sécurité. Nous avons entendu des sirènes de police, la Rambla et les quartiers alentour ont été bouclés par les forces de l’ordre. Au sol, gisait des enfants, des femmes et des hommes, il y avait beaucoup de sang. Un hélicoptère survolait les lieux.

>> Avez-vous pu rejoindre votre hôtel ?

Oui, mais bien plus tard, en milieu de nuit. Les autorités nous ont ordonnés de rester dans le magasin jusqu’à nouvel ordre, comme tous les autres commerçants et clients. On a vécu la même situation qui s’est produite lors des récents attentats terroristes de Paris, où, on avait vu à la télévision tous ces gens réfugiés dans des bars et des restaurants des Champs-Élysées, où ils étaient à l’abri et en sécurité. Finalement, nous avons été autorisés en milieu de la nuit de jeudi à vendredi à rejoindre notre hôtel. Croyez-moi, on n’a pas traîné dans des rues désertes, car les policiers nous ont dit que les terroristes étaient en liberté. On n’avait pas envie de les croiser.

>> Avez-vous interrompu votre séjour ?

Non. Hier soir, nous sommes sortis boire un verre sur la Rambla, d’abord pour se changer les idées, parce que ce sont des moments terribles qu’on n’oublie pas, ensuite et surtout pour montrer que les terroristes ne gagneraient pas. Nous sommes toujours à Barcelone. Mais, jamais nous oublierons ces vacances de l’été 2017 en Catalogne, jamais, ça c’est sûr.

Quand il va rentrer à Lunel retrouver sa famille et ses amis, rassurés au téléphone, Mickael aura des souvenirs de vacances inattendus à raconter. Comme son copain qui croyait passer des vacances de rêve.

Le Rambla bouclé apr!s l’attaque terroriste. Photo Mickael K. pour Métropolitain.
Quartier bouclé : photo depuis la boutique où se sont réfugiés Mickael et son copain. Photo Mickael K. pour Métropolitain.
Le Lunellois et un copain attendent pour rejoindre leur hôtel. Photo Mickael K. pour Métropolitain.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *