INFO MÉTROPOLITAIN. Un forcené de 28 ans qui s’était retranché vers minuit dans la nuit de mercredi à ce jeudi dans son appartement de la rue du Triolet, à l’angle de la Voie Domitienne et de l’avenue de la Justice de Castelnau, à proximité de la pharmacie du quartier des hôpitaux-facultés à Montpellier a été délogé à 3h45 par les policiers d’élite de l’antenne de Montpellier du RAID.

Le forcené alcoolisé -1,50 gramme d’alcool par litre de sang- qui avait tiré plusieurs coups de feu vers la rue depuis son logement, sans faire de blessé fort heureusement a été neutralisé “en douceur”, même si une opération du RAID est toujours brutale et pétaradante.

- Annonce -

Il a également tiré en direction des policiers d’élite, dès qu’ils ont pris position autour de la résidence.

Sécuriser le quartier

De très nombreuses forces de l’ordre, notamment des policiers de la Sécurité publique ont bouclé tout le quartier peu après minuit. Des déviations ont été mises en place. Il s’agissait de sécuriser le quartier pour éviter que le forcené armé ne tire de nouveaux sur des piétons ou des riverains, voire sur les policiers et de tenter de parlementer pour qu’il se rende.

Des sapeurs-pompiers du Sdis 34 et un médecin du Smur-Samu 34 se trouvaient également sur place, comme le prévoit le protocole officiel en cas de pareille intervention délicate. 

Les policiers engagés sur l’opération ont fait preuve de tact pour éviter de brusquer le trentenaire, dont le mobile de son geste est encore inconnu en ce milieu de nuit. Il a tenu tête aux policiers pendant près de quatre heures. Jusqu’à cette heureuse issue.

Le forcené a été conduit au commissariat central où il va être examiné par un expert judiciaire à la demande du procureur de la République. Son appartement sera perquisitionné dans la matinée, mais on a appris qu’il avait utilisé une arme de poing d’alarme, sans doute un pistolet chargé à blanc quand il a tiré depuis son appartement. 

PARTAGER
mm
Sa passion, c’est son métier depuis déjà 36 ans. Spécialisé dans le traitement des faits-divers et dans les chroniques judiciaires, ce « roi du scoop » natif du Luberon ne compte jamais ses heures. Ses atouts : une plume aiguisée et un réseau d’informateurs à faire pâlir.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here