Saint-Gély-du-Fesc : ils volent la voiture de la vacancière

palais justice montpellier

ARRESTATIONS. Très désagréable surprise pour une habitante de Saint-Gély-du-Fesc, à la périphérie nord de Montpellier : en dernière partie de la nuit, elle effectuait des allers- retours à pied entre son domicile et une rue où elle avait garé sa voiture, la clé laissée sur le contact. Elle avait pratiquement terminé ses voyages pour remplir son véhicules d’articles et de produits pour partir en vacances, quand elle a entendu le bruit du moteur.

Se précipitant dans la rue, elle constatait que sa voiture venait de lui être volée. La victime appelait aussitôt le 17, le numéro d’urgence qui, en zone de la gendarmerie est réceptionné au centre opérationnel départemental -COG- à Montpellier. Une patrouille nocturne de la compagnie de gendarmerie de Castelnau-le-Lez était rapidement dépêchée à Saint-Gély-du-Fesc.

Début d’incendie

Des recherches ont été entreprises, ce qui a permis de localiser la voiture abandonnée à 1 kilomètre des lieux du vol, où les voleurs avaient mis le feu. Les militaires de la gendarmerie ont réussi à éteindre le début d’incendie. La voiture a été très peu endommagée. Mais, elle était en partie vidée des biens que la propriétaire avait chargés. Les objets de valeur avaient été emportés.

Condamnés

Les gendarmes de la compagnie de Castelnau-le-Lez ont procédé à des relevés d’indices laissés dans la voiture, ce qui a permis d’identifier un individu âgé de 23 ans, déjà connu de la justice et donc fiché. Il a été interpellé en milieu de semaine. Il n’était pas seul la nuit du vol et dans la foulée, les enquêteurs sont allés chercher son complice, âgé également de 23 ans. La plupart du butin dérobé a été récupéré.

Tous deux ont expliqué qu’ils passaient par hasard à pied dans cette rue, à Saint-Gély-du-Fesc, quand ils ont aperçu la voiture garée, portières ouvertes et clé sur le contact, avec des biens de valeur à l’intérieur. Bref, l’occasion a fait le larron, mais ils ont gâché, du moins retardé les vacances de cette dame.

Jugés en comparution immédiate devant le tribunal correctionnel de Montpellier, l’un a écopé de 12 mois de prison, dont 8 avec sursis, sans mandat de dépôt -il a quitté libre le palais de justice-, astreint à un contrôle judiciaire de deux ans, l’autre a 8 mois de prison avec sursis avec un contrôle judiciaire de deux ans.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *