Tourisme : les 4 premières mesures du gouvernement pour booster le secteur

0

ECONOMIE. Il y a quelques jours, le Premier ministre Edouard Philippe s’est réuni avec plusieurs de ses ministres, une quinzaine de professionnels du tourisme et quelques élus locaux pour réfléchir aux actions à mettre en place pour accélérer le développement du tourisme en France, qui représente tout de même 8 % de notre PIB, et 2 millions d’emplois directs et indirects pour le pays.

« Nous avons la conviction que le tourisme est un trésor national, un potentiel exceptionnel.(…). La France est souvent présentée, à juste titre, comme la première destination touristique au monde. Ça n’est pas rien, c’est même beaucoup, mais nous pouvons faire mieux, nous devons faire mieux, nous allons faire mieux », a-t-il déclaré en introduction de ce conseil interministériel du 26 juillet. Pour rappel, la France attend, selon les prévisions actuelles, 89 millions de visiteurs à la fin de l’année, soit presque 5 millions de plus qu’en 2016. « Nous visons 100 millions en 2020. C’est un indicateur important. Mais tous ceux qui connaissent le tourisme savent que cela ne doit pas masquer un certain nombre de marges de progression », a prévenu Edouard Philippe.

La main au porte-feuille

- Annonce -
PAVÉ 250

Il faut savoir que la France attire beaucoup de touristes…mais que ces derniers dépensent souvent un peu moins chez nous qu’ils ne pourraient le faire ou qu’ils ne le font ailleurs. La dépense touristique est de l’ordre de 40 milliards d’euros. Le gouvernement vise une dépense touristique de 50 milliards d’euros à l’horizon 2020, s’appuyant sur le constat que le développement du tourisme sur notre planète est un mouvement « massif’, de fond. A titre d’indicateurs, ces quelque chiffres: en 1950, 25 millions de touristes voyageaient à travers la planète ; aujourd’hui, nous sommes 1 milliard ; en 2030, ce seront près de 2 milliards d’humains qui choisiront de se déplacer pour découvrir de nouveaux territoires .

Forces et faiblesses françaises

« Les constats à la fois des forces et des faiblesses de la France en matière de tourisme, ils sont connus, ils sont pour certains d’entre eux anciens et ils ne peuvent pas rester simplement des constats », poursuit le 1er ministre dans son discours d’introduction. « Si nous voulons progresser, nous devons faire en sorte de nous fixer des objectifs et d’élaborer une méthode qui nous permet de les atteindre. La réunion d’aujourd’hui était la première étape d’une méthode, la première concrétisation d’une méthode que nous voulons exprimer collectivement et qui doit nous permettre d’atteindre ces objectifs ambitieux ».

TOUT LE MONDE doit s’y mettre

Edouard Philippe l’a exprimé clairement: il faut la mobilisation complète du gouvernement « car le tourisme n’est pas l’affaire du ministre en charge du Tourisme ». Il a ensuite cité Jean-Yves Le Drian, ministre de l’Europe et des Affaires étrangères, qui a, rappelons-le, dans son portefeuille ministériel (dans ses décrets d’attribution), la charge du tourisme. « Il pilotera toute une série de réunions qui doivent nous permettre d’avancer. », a-t-il fait savoir, avant de poursuivre: « C’est aussi l’affaire de la totalité de la sphère publique et des acteurs économiques. C’est la raison pour laquelle j’ai présidé aujourd’hui ce premier Conseil interministériel du tourisme, que je présiderai le second, le 19 janvier prochain ». Entre-temps, Jean-Yves LE DRIAN aura pour objectif d’organiser des conseils de pilotage qui permettront, sujet par sujet, problème technique par problème technique, enjeu par enjeu, de faire sauter les verrous qui limitent le tourisme français.

Les 4 premières décisions ont été prises

  1. S’engager dans un travail collectif. ———————————————————–
  2. Délivrer en 48 heures des visas pour 10 nouveaux pays dont la Russie.  » Ce qui nous permettra là encore de faire valoir nos atouts de façon beaucoup plus convaincante vis-à-vis de pays dont nous savons qu’ils constituent un réservoir de touristes potentiels qui ne demandent qu’à venir plus vite, plus facilement et plus souvent dans notre pays. » ———————————————————–
  3. Améliorer les files d’attente au passage de la frontière dans les aéroports. « Nous nous engageons à atteindre un objectif d’un délai d’attente maximal de 30 minutes pour les citoyens européens et de 45 minutes pour les autres ressortissants à compter du 1er janvier prochain. » — ——————————————————————————————————————-
  4. Réfléchir sur notre capacité à intégrer des investissements nécessaires pour le développement des stations balnéaires ou des stations de montagne.

« A partir du mois d’octobre, avec Jean-Yves Le Drian, puis au mois de janvier prochain, nous aurons l’occasion de montrer et de démontrer des décisions qui, effectivement, nous permettront d’atteindre nos objectifs.  Ces décisions ont un intérêt direct, c’est important pour la totalité du pays et pour la totalité du territoire : c’est vrai pour Paris et la région Île-de-France mais c’est vrai pour l’ensemble du territoire national qui, dans le développement touristique, joue une partie de son développement économique, joue une partie de sa cohésion. C’est vrai en métropole et dans les outre-mer. Autrement dit, derrière le développement touristique, il y a un enjeu qui est un enjeu national économique mais plus qu’économique, c’est un enjeu de cohésion, d’attractivité, de définition de ce que nous sommes et de ce que nous montrons à ceux qui viennent nous voir », a-t-il conclu.

>> La suite à la rentrée !

 

- Annonce -Téléchargez dès maintenant notre nouvelle application mobile >> http://urlz.fr/5ohh.
PARTAGER
mm
Directeur des rédactions du groupe, Xavier est à 30 ans, la « force tranquille » de Média Métropolitain. Passionné d’architecture et de culture, il se spécialise néanmoins depuis déjà 5 ans dans l’économie et la politique régionales, tâchant d’imprégner ses papiers d’un humour conforme…à ses origines belges !

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here