Matricide de Vergèze : « Bonsoir, j’ai tué quelqu’un »

HOMICIDE. Des policiers municipaux de Fleury-d’Aude, près de Narbonne, en patrouille vendredi soir ont reçu les confidences inattendues d’un individu qui venait de garer sa voiture dans la station-balnéaire : « Bonsoir, j’ai tué quelqu’un », a-t-il confessé tout de go aux agents municipaux interloqués.

Lesquels ont procédé à l’interpellation du suspect et ont immédiatement appelé les gendarmes de la brigade de gendarmerie de Vinassan. Aux gendarmes, le suspect a confirmé avoir tué une femme, mais sans dire qui et ni où. De plus, démuni de pièces d’identité, il était incapable de se souvenir de son nom…

Fils bipolaire

En prenant attache aussitôt avec la région de gendarmerie à Montpellier, les gendarmes audois ont pu faire progresser une enquête sur un homicide volontaire dans le Gard : les gendarmes de la section de recherches de Nîmes et de la brigade de recherches de Vauvert recherchaient le fils, âgé de 37 ans d’une mère de famille de 58 ans tuée de plusieurs coups de couteau, au domicile de Vergèze, entre Nîmes et Lunel.

Le mari qui a fait la macabre découverte quelques heures plus tôt a indiqué aux enquêteurs que le fils du couple était bipolaire, qu’il était en crise actuellement et qu’il était soigné pour des troubles psychiatriques sévères. Le trentenaire a été ramené dans le Gard et placé en garde à vue. Elle se poursuivait ce samedi matin.

De nombreux éléments matériels en possession des gendarmes gardois via les techniciens scientifiques en identification criminelle  renforcent les soupçons de ce matricide.

1 Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *