Street art à Pérols : le M.U.R aux couleurs des Caraïbes

GRAFFITIS URBAINS. À Pérols, au sud de Montpellier, le M.U.R est désormais incontournable. Pour éviter des tags anarchiques, le maire de la commune, Jean-Pierre Rico a eu l’idée lumineuse de créer un mur d’expression pour les artistes qui s’illustrent dans le Street art, l’art urbain.

Jean-Pierre Rico a confié la gestion du M.U.R au duo Michel Soubeyrand et Dorel Dorel, les créateurs de l’association Hippomedon. Ils se sont lancés dans l’aventure du M.U.R en 2015. Ce M.U.R de Pérols offre une programmation éclectique visant à mettre en lumière des artistes d’univers variés et de tous horizons. Ainsi, tous les deux mois, un artiste prend possession des 73 m de long sur 3 m de hauteur visibles le long de la voie de la ligne 3 et 4 du tramway, sur la route départementale 21, après le parc des expositions.

Déjà, les graffeurs RNST, BAULT, ROCKY ZERO, CHANOIR, MADAME, SWED ONER, INSECTE et actuellement FARID RUEDA ROSARIO HEINS ont montré leur savoir faire.

Jusqu’en septembre, on peut admirer le travail de la Colombienne Farid Rueda Rosario Heins, avec de magnifiques couleurs colombiennes tracées sur le M.U.R : « Ma peinture me représente et exprime tout ce que je veux dire. Ma peinture fait partie de moi-même, elle est la prolongation de la Caraïbe, qui vibre en moi et qui prend vie par mes propres expériences, mon quotidien, la musique, la couleur, la chaleur du soleil, l’humidité de l’air, les cris de la rue, le carnaval, les couleurs explosives et lumineuses, des faits et éléments uniques et éphémères qui font de moi une femme tout aussi singulière et diverse. Ce que je peins, c’est une ode à la joie de vivre. C’est la métaphore de mon paysage et de mon sourire. Une offrande dont chaque cadre me révèle un peu plus. C’est aussi la volupté des couleurs vives qui se mélangent sans complexe, l’écrasante chaleur humide des tropiques et la lumière éclatante qui explose sur mes toiles pour communiquer bonheur et affection ».

« Étranges personnages, tels des fantômes »

Interrogée lors du récent vernissage, l’artiste a ajouté : « Pour toutes ces raisons, à travers cette nouvelle œuvre, je continue de m’approprier tous les éléments naturels et culturels de ma Caraïbe, baignés de la lumière directe qui enveloppe les vendeurs ambulants qui parcourent la plage ; les palenqueras qui, d’un pas chaloupé, offrent leurs fruits sucrés pour assouvir la soif et la curiosité des touristes ; les marchands de bouées que leur fardeau transforme en étranges personnages qui disparaissent gracieusement sous les formes et les volumes de leurs marchandises, tels des fantômes qui flottent sur leurs jambes, curieuses silhouettes qui s’approchent puis s’éloignent. Voilà ce que je suis : l’expression Caraïbe qui habite chaque trait de ma peinture ».

En découvrant ce M.U.R des lumières, après la performance de cette artiste depuis le 20 juillet, jusqu’au vernissage jeudi 27 qui s’est déroulé en présence du consul de Colombie, vous aurez plus que jamais l’envie de vous évader vers ces îles paradisiaques.

>> Pratique : facebook.com/lemurdeperols

http://www.lemurdeperols.com/

https://www.instagram.com/lemurdeperols/

https://twitter.com/LeMurdePerols

Ils veillent sur le M.U.R de Pérols. Photo D.R.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *