Militaire poignardé à Montpellier : six Albanais en prison

7
Les demandeurs d'asile albanais devant le bâtiment du 9 cours Gambetta à Montpellier. Photo JMA. Métropolitain.

VIOLENCES. Les six ressortissants albanais mis en examen, notamment pour tentative d’homicide volontaire -pour l’un- et pour violences volontaires avec arme en réunion -pour les autres- ont été placés sous mandat de dépôt, samedi soir et incarcérés à la maison d’arrêt de Villeneuve-lès-Maguelone, au sud de Montpellier, dans la procédure judiciaire diligentée après qu’un militaire ait été poignardée.

Dans la nuit du 3 au 4 juillet dernier, deux militaires de la force Sentinelle qui étaient en civil et hors mission avaient été violemment pris à partie sur le trottoir du cours Gambetta par une quinzaine d’Albanais qui squattent l’église protestante sise dans cette artère, côté avenue Georges Clémenceau. Croyant qu’ils s’agissaient de policiers, ils avaient voulu « se faire du flic »…

Expédition punitive sur la Comédie

- Annonce -
PAVÉ 250

Un des deux militaires avait été jeté à terre, roué de coups, avant de recevoir plusieurs coups de couteau, qui, fort heureusement n’ont pas touché d’organe vital. Le second militaire avait été empêché de lui porter secours, un des agresseurs lui ayant placé une lame sous la gorge.

Les assaillants avaient ensuite organisé une expédition punitive sur la place de la Comédie, malmenant des piétons, puis prenant à partie des policiers municipaux qui avaient réclamé des renforts pour les mettre en fuite.

Caméras de vidéosurveillance

Grâce au visionnage des caméras de vidéosurveillance, à des témoignages, dont ceux des agents municipaux, les policiers de la sûreté départementale de l’Hérault ont pu identifier la plupart des auteurs présumés de ces violences gratuites, dix au total. Huit ont été interpellés jeudi matin, deux ont été libérés rapidement, les six autres maintenus en garde à vue. Les perquisitions n’ont pas permis de saisir les couteaux utilisés le soir de l’agression sur les militaires.

Celui qui a poignardé le militaire a été formellement identifié, ainsi que celui qui avait placé le couteau sous la gorge du second militaire. Les quatre autres complices ont pu être impliqués également dans cette agression, puis dans la virée sur la Comédie.

Demandeurs d’asile

Jeunes adultes -ils ont de 21 ans à 25 ans-, ces Albanais qui squattent l’église protestante du cours Gambetta à Montpellier ont déposé des dossiers de demandeurs d’asile, via lOffice français de protection des réfugiés et apatrides -Ofpra-, l’établissement public chargé d’assurer en France, l’application des conventions, accords ou arrangements internationaux concernant la protection des réfugiés.

Créé en 1952, l’Ofpra dépendait à l’époque du ministère des Affaires étrangères, avant d’être placé sous la tutelle du ministère de l’Intérieur. C’est l’organisme qui étudie chaque cas pour accorder le statut de demandeur d’asile.

Le centre d’accueil des demandeurs d’asile -Cada- de Montpellier a ouvert ses portes à la fin de l’année dernière au Cédip, derrière le lycée Mermoz avec 90 places, qui devrait être portées à 165. Question : pourquoi ces Albanais ne sont t-ils pas logés dans ce centre d’accueil ?

- Annonce -Téléchargez dès maintenant notre nouvelle application mobile >> http://urlz.fr/5ohh.
PARTAGER
mm
Sa passion, c’est son métier depuis déjà 36 ans. Spécialisé dans le traitement des faits-divers et dans les chroniques judiciaires, ce « roi du scoop » natif du Luberon ne compte jamais ses heures. Ses atouts : une plume aiguisée et un réseau d’informateurs à faire pâlir.

7 Commentaires

  1. A terme MONTPELLIER va fort malheureusement accueillir 165 délinquants violents qui ne respectent aucune loi, si ce n’est celle de la violence quotidienne, et dire qu’ils sont protégés, qu’elle honte pour certaines associations dûment subventionnées par l’argent public, qui n’ont pas le courage même obscur d’affronter la réalité.

  2. Quelle est la part de responsabilité des associations dans ces tentatives de meurtre ?
    Et cette trentaine de policiers qui aurait été encerclée par seulement 6 albanais ? Cela signifie donc que les autres agresseurs sont toujours en liberté ? Ou n’est-ce plus un délit (en plein état d’urgence svp) de s’attaquer à la police ?
    Maire et préfet continuent à négliger la sécurité des Montpelliérains. Jusqu’à quand ?

  3. La question c’est surtout : que font-ils en France, ces amis du couteau ? En tout cas, entre les Albanais surineurs , les « mineurs isolés » ultraviolents qui attaquent les femmes et la racaille habituelle, Montpellier est trop souvent devenu un coupe-gorge.
    (et la suite ? Vont-ils être dégagés ou « réinsérérés » ? Notre pays a-t-il vocation à verser des allocs à la misère du monde, ou à servir de deversoir à la criminalité internationale ? Il n’ont pas de prisons en Albanie pour y incarcérer leurs truands ?)

  4. Je ne serais pas étonné d’apprendre que certains vident leurs prisons et leurs hôpitaux psychiatriques et montrent à ce beau monde la direction de la France, devenue soudainement soumise et idiote.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here