Hausse des violences envers les policiers municipaux

TRANQUILLITÉ PUBLIQUE. Les violences envers les policiers municipaux seraient en hausse en région Occitanie, déplore Jean-Michel Weiss, le secrétaire général d’un syndicat de la fonction, tout en énumérant quelques faits marquants qui se sont produits dernièrement.

Clermont-l’Hérault

Le 9 juillet à Clermont-l’Hérault, un individu connu des forces de l’ordre a été interpellé suite à un vol de véhicule. Lors de son interpellation, les agents ont été pris à partie par l’entourage du jeune homme. Celui-ci a été conduit devant le tribunal correctionnel pour des faits de vol, d’outrages et de menaces envers les policiers municipaux et les gendarmes. Il a été placé en détention jusqu’à son procès en comparution immédiate, le 4 août.

Gignac

Durant la même semaine sur la commune de Gignac cette fois, des individus ont saccagé deux véhicules de la police municipale : bris de vitres, dégradations de la carrosserie et de l’intérieur du véhicule. Une plainte a été déposée par la mairie et une enquête des gendarmes de la compagnie de Lodève est en cours pour identifier les auteurs.

Montpellier

Durant le mois de juin, un agent de la police municipale de Montpellier a eu un morceau de doigt arraché, alors qu’il interpellé un homme sans domicile fixe. Métropolitain a évoqué cette affaire.

Argelès-sur-Mer

La semaine dernière à Argelès-sur-Mer dans les Pyrénées-Orientales, lors d’une altercation survenue à la sortie d’une discothèque, un homme a foncé sur un groupe rival au volant de sa voiture. L’un des membres du groupe visé a été projeté à plusieurs mètres et est toujours hospitalisé dans un état grave. Après l’avoir percuté, le chauffard a foncé sur un policier municipal qui tentait de l’arrêter, le blessant à la jambe. Les collègues du fonctionnaire ont ouvert le feu et l’agresseur a percuté un rond-point avant de prendre la fuite.

Jean-Michel Weiss dénonce

« Ces faits sont graves et démontrent le comportement irresponsable de certains individus qui ne respectent pas les fonctionnaires de police municipale. Les policiers, qu’ils soient nationaux ou municipaux, et les gendarmes sont les premiers garants de la sécurité. Ils contribuent à préserver la liberté, la tranquillité et la sécurité publique » indique Jean-Michel Weiss, secrétaire général de la fédération autonome de la police municipale Hérault-Gard, qui manifeste sa colère, tout en déplorant et dénonçant l’augmentation des violences envers les policiers municipaux en Occitanie.

La FA-FPT attend maintenant de la justice « qu’elle applique avec sévérité les peines prévues par les dispositions pénales en vigueur, concernant les actes de menaces, de violences, de rebellions à l’encontre des policiers municipaux, mais aussi des gardes champêtres et des agents de surveillance de la voie publique ».

3 Comments

  1. « La FA-FPT attend maintenant de la justice « qu’elle applique avec sévérité les peines prévues par les dispositions pénales en vigueur ». Oui , mais le père noël ne passe que le 24 décembre .

  2. Malheureusement, nous nous devons de nous en remettre à celles et ceux qui par leurs décisions, qui revendiquent une indépendance certaine à laquelle ce serait crime que d’y porter atteinte, qui ont en charge par leurs décisions, d’assurer la sécurité et de garantir la sécurité de tous. Sauront-ils ne pas excuser, appliquer la loi dans ce qu’elle a de plus dur, punir très sévèrement ?

  3. Si certains policiers municipaux, souvent ex rugbymen, ex footeux ou encore recalés de l’école de police faisaient montre de discernement au lieu de se prendre pour ce qu’ils ne sont pas, il y aurait beaucoup moins d’incidents de ce genre.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *