Meurtre du retraité de Palavas-les-Flots : l’auteur présumé interné

INFO MÉTROPOLITAIN. Le meurtrier présumé de Pierre-Alain Hazem, ce retraité de 60 ans poignardé à mort mercredi vers 18h45 sur le pas de la porte de son domicile, 2 rue de la Dune, près du boulevard Sarrail, sur la rive gauche de Palavas-les-Flots a été interné, après avoir été examiné par un expert judiciaire désigné par le parquet de Montpellier. Il a été placé en hôpital psychiatrique dans la nuit.

Lors de son arrestation, l’auteur présumé âgé de 22 ans domicilié à Grabels tenait des propos incohérents aux gendarmes. Il était fortement alcoolisé et avait semble-t-il consommé de la drogue.

Selon des informations qui n’ont pas pu être recoupées, la gendarmerie observant le mutisme total sur cette affaire, les gendarmes ont été rapidement sur les lieux dès l’alerte donnée sur le 17, car une patrouille de la compagnie de Lunel était en train de verbaliser des véhicules mal garés sur le boulevard Sarrail, à 200 mètres de la rue de la Dune. Rejoints par les policiers municipaux de la station balnéaire et par les militaires de la mission Sentinelle dans le cadre du plan Vigipirate déployé sur les plages, les gendarmes ont interpellé le meurtrier présumé et l’individu qui l’accompagnait non loin du domicile de la victime, qui s’était traîné dans la rue, après avoir reçu 9 coups de couteau sur tout le corps.

Il avoue, mais…

Le suspect qui avait encore l’arme du crime sur lui était en compagnie d’un individu, resté passif et qui a également été conduit à la gendarmerie de Palavas, où les gendarmes de la brigade de recherches de Lunel se voyaient confier l’enquête.

Toutefois, un magistrat du parquet de Montpellier sur place découvrait que le meurtrier présumé qui a avoué son geste sans pouvoir donner une explication, tenait des propos incohérents. Un expert psychiatre près la cour d’appel de Montpellier requis pour l’examiner a conclu dans la nuit que son état de santé mentale n’était pas compatible avec une mesure de garde à vue.

Coup de folie ?

Le jeune homme soupçonné d’avoir été dans un état de démence a été interné au centre hospitaliser spécialisé de la Colombière à Montpellier. Un coup de folie ?

Reste cette question sur le choix de la victime et le mobile de ce geste à laquelle les enquêteurs n’ont pas encore répondu. L’ami qui accompagnait le meurtrier présumé, âgé également d’une vingtaine d’années était en garde à vue, ce jeudi matin. À-t-il pu apporter des éclaircissements ? L’hypothèse que l’auteur présumé soit venu sonner au hasard à cette maison, un temps envisagée hier soir, semble ne plus trop tenir la route, ce matin.

Dès lors, la victime et celui qui l’a tué se connaissaient-ils ? Ce n’est pas encore établi. Il est une certitude : quand il a ouvert, Pierre-Alain Hazem a été lardé de coups de couteau, sous les yeux de sa femme impuissante, qui a tenté de s’interposer et qui a été blessée à la mâchoire. En état de choc également après avoir vu son mari agoniser devant la maison, dans la rue, elle a été hospitalisée.

L’émotion est considérable à Palavas-les-Flots après cet homicide volontaire, le tranquille retraité étant bien connu des riverains et des commerçants du secteur.

7 Comments

  1. Son complice a été remis en liberté quelques heures après sa participation dans ce meurtre , sa non-intervention et sa non-assistance à personne en danger, …
    Que dire de plus ?

    1. Je suis comme vous… choquée par cette remise en liberté ! Mes cours de droit sont lointains mais il me semble que le complice encours la même peine que l’auteur du fait !
      Cette justice française est honteuse !

  2. Quand on prends de la drogue on sait à quoi on s’expose, si la drogue est interdite il y a bien une raison. Le meurtrier n’était pas dans son état normal, il était conscient quand il a pris la drogue, donc pour moi il est coupable, pas de circonstances atténuantes. Il a gâché la vie d’une personne et la sienne et quand j’entends certains qui souhaiteraient dépénaliser certaines substances, et bien pourquoi pas aussi ouvrir les prisons et les cellules psychiatrique.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *