La librairie Sauramps reprise par Amétis : une page se tourne

JUSTICE. La chambre sociale de la cour d’appel de Montpellier a dévoilé ce mercredi le nom du nouveau repreneur de la librairie Sauramps : le groupe Amétis, codirigé par l’architecte montpelliérain François Fontès, dont l’offre était en concurrence avec celle, beaucoup moins intéressante pour les salariés, du Furet du Nord.

Donc, c’est finalement l’offre de l’architecte montpelliérain qui a été choisie, les juges de la cour d’appel mettant ainsi la fin à « l’épisode juridique » de l’été en retenant le plan de reprise le plus généreux. Amétis reprend 94 salariés -sur 119- et maintient tout les sites Sauramps -Odysseum, Triangle et Alès-, alors que le Furet du Nord ne reprenait pas plus de soixante salariés et un seul site, celui du Triangle.

Il s’agit d’un soulagement pour les salariés qui avaient très mal vécu le choix initial du tribunal de commerce de Montpellier de livrer Sauramps au Furet du Nord, entraînant une grève sur les 3 sites du groupe. L’appel déposé par Jean-Marie Sevestre, fondateur de Sauramps, a fait mouche : la cour a dans un premier temps cassé le jugement du tribunal de commerce, la semaine dernière, avant de rejuger l’affaire à huis-clos et de livrer ce nouveau et dernier arrêt.

Toutefois, le Furet du Nord peut introduire un pourvoi en cassation.

Engagement pour 4 ans

Sauramps peut désormais regarder l’avenir avec confiance : « Le groupe Amétis s’est engagé sur 4 ans à maintenir les sites et les emplois prévus dans son plan de reprise », rappellent les salariés sur le parvis de Sauramps, au Triangle : « Mais nous ne comptons pas en rester là. Nous allons discuter avec les nouveaux propriétaires dès jeudi pour leur expliquer qu’il faut préserver plus de potes pour répondre à tous les besoins du groupe ».

Un argument repris par Jean-Marie Sevestre : « Je pense qu’il y a encore des emplois à sauver. Si les nouveaux actionnaires ont besoin d’aide pour peaufiner leur vision, je suis prêt à les aider ».

Café-livre et Polymôme

En attendant, les rumeurs circulent sur les projets portés par Amétis. Le groupe montpelliérain prévoirait de renforcer son offre en créant de nouveaux produits, ce que confirment les salariés : « Sur Odysseum, nous allons proposer de nouveaux produits, en mettant par exemple l’accent sur les loisirs créatifs pour compenser le loyer exorbitant. Il y a d’autres réflexions et d’autres idées que nous étudieront avec les actionnaires… Mais c’est bien pour tout le centre Odysseum que la culture y reste représentée ».

D’autres projets seraient également à l’étude sur la librairie d’Odysseum : la création d’un café-livres sur le site qui pourrait aussi accueillir le magasin Polymômes, actuellement installé sur le Triangle.

Jean-Marie Sevestre : « pas de regrets »

Jean-Marie Sevestre, le fondateur du groupe a profité de cette bonne nouvelle pour venir apporter son soutien aux salariés et se livrer sur cette affaire : « Je n’ai pas de regret, même si je suis pointé parfois du doigt par les salariés même pour mauvaise gestion. Je rappelle déjà que nous sommes trois associés, et ensuite, que nous avons construit une vraie librairie indépendante à Montpellier qui est le fruit de 45 ans de travail. Il fallait venir à Odysseum car toutes les études aujourd’hui montrent que les grandes surfaces des périphéries bouffent les centres-villes… C’est un bon choix, mais nous avons lancé ce projet sans argent ».

Puissance financière de poids

L’ancien dirigeant déplore les emprunts qui ont fragilisé l’équilibre du groupe, mais assurent qu’ils seront de toutes manière liquidés fin 2019. Un « détail financier » qui n’est d’ailleurs pas un problème pour Amétis. Avec 60 M€ de trésorerie et seulement 2 M€ de crédits, contre 10 M€ et 28 M€ pour le Furet du Nord, le groupe de l’architecte François Fontès s’engage à régler les problèmes sur ses fonds propres. Rubis sur l’ongle : « Nous allons pouvoir reprendre rapidement une activité normale », s’enthousiasme les salariés : «Sauramps va pouvoir se réapprovisionner avec les derniers ouvrages sortis et reprendre son activité pour les manuels scolaires ».

Pour la grande librairie montpelliéraine, une page se tourne.

>> À LIRE : http://e-metropolitain.fr/2017/07/19/sauramps-focus-s…-francois-fontes/

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *