Illustration.

CHRONIQUE. Tous les dimanches, la rédaction de Métropolitain sélectionne une information inattendue, inédite, rigolote ou synonyme d’exploit, mais toujours incroyablement vraie parue dans la presse de la planète de la semaine. Aujourd’hui, nous allons en Espagne pour un événement qui aurait pu virer au drame.

Un garçon a parcouru quelque 230 km du Maroc à Séville, en Espagne, accroché sous un autocar, dernier exemple en date connu des tentatives désespérées des migrants pour gagner clandestinement l’Europe, dont la France.

- Annonce -

Un jeune garçon, portant un t-shirt blanc sali se trouvait sous l’autocar qui venait de la ville de Tanger, au Maroc, située à 230 km de là. Le garçon a été emmené à l’hôpital, mais il était dans un état satisfaisant. Un porte-parole de la police a déclaré qu’il semblait que le garçon soit mineur et marocain.

Il a dit avoir appris de son côté, que l’autocar venait de Tetouan, une autre ville marocaine située encore plus loin que Tanger. « Le bus est arrivé à Séville, et au moment où le conducteur s’apprêtait à laisser descendre les passagers, il a remarqué quelque chose d’étrange, a raconté un porte-parole de la police de Séville,  il a appelé la police, les pompiers et ils ont découvert le garçon accroché sous le bus », a-t-il ajouté.

Par une température caniculaire proche des 45 degrés, le jeune migrant a échappé à un “coup de chaud” qui aurait pu être fatal, sans parler d’une chute sur la chaussée.

Assaut à la voiture bélier

De nombreux migrants en provenance d’Afrique risquent leur vie en tentant de gagner l’Europe par l’Espagne. Ils tentent de traverser la Méditerranée à bord d’embarcations précaires ou d’escalader les hautes clôtures qui cernent les territoires espagnols de Ceuta et Melilla, situés dans le nord du Maroc.

En juin, une voiture avec cinq migrants africains à bord a forcé un poste-frontière entre le Maroc et l’enclave espagnole de Melilla, le lendemain d’un autre assaut de la frontière à la voiture bélier. Une fois dans l’enclave, le chauffeur marocain a tenté de s’enfuir, mais a été capturé tandis que la police trouvait cinq migrants, deux dans le coffre, deux sous le siège arrière et un caché derrière le tableau de bord.

PARTAGER
mm
Sa passion, c’est son métier depuis déjà 36 ans. Spécialisé dans le traitement des faits-divers et dans les chroniques judiciaires, ce « roi du scoop » natif du Luberon ne compte jamais ses heures. Ses atouts : une plume aiguisée et un réseau d’informateurs à faire pâlir.

1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here