Montpellier : séquestrés dans une rame du tramway, battus et volés

VIOLENCES. Cinq Montpelliérains âgés de 18 ans à 21 ans, quatre hommes et une femme ont été interpellés cinq mois après avoir commis une violente agression dans une rame de tramway à Montpellier. Deux jeunes passagers sont tombés dans un véritable guet-apens.

Dans la nuit du 18 au 19 février dernier, le retour dans leur quartier de deux amis après une bonne soirée passée dans l’Écusson a viré au cauchemar : ils ont pris le dernier tramway sur la ligne 2 dans une station de la ville. Sur le trajet, alors qu’ils voyageaient seuls dans une rame, cinq passagers sont montés dans un des arrêts situés entre la gare et les Sabines. Quatre hommes et une femme qui avaient l’intention de profiter de ce que la rame était déserte hormis les deux jeunes montpelliérains pour passer à l’acte.

Braqués au couteau

Toutes les portes ont été bloquées pour interdire une fuite, chaque agresseur se plaçant devant les issues et les signaux d’alarme impossible à actionner pour alerter le traminot, afin de séquestrer les deux voyageurs. Braqués avec un couteau, les deux « proies » faciles ont été tabassées pour remettre leurs effets personnels, avant d’être libérés à la station du Mas Drevon.

Alors que les victimes tétanisées regagnaient à pied leur domicile respectif, ils croisaient une nouvelle fois le groupe d’agresseurs, également descendus du tramway visiblement qui les rouaient de coups, après les avoir jetés à terre, dans une rue du Mas Drevon.

Tabassés à coups de pied et de poing, les deux victimes ont été dépouillées des téléphones portables qu’ils avaient pu dissimuler lors de la première agression dans la rame du tram. Les deux Montpelliérains ont également été délestés de leur argent liquide, de leurs bijoux et de leurs cartes bancaires.

Identifié sur le fichier

Les deux jeunes montpelliérains ont été légèrement blessés et ont déposé plainte contre X, dès leur sortie du CHU. Ils ont formellement reconnu un des auteurs, celui le plus violent selon eux, dans le fichier des personnes déjà placées en garde à vue à l’hôtel de police dans le passé.

Les policiers de la sûreté départementale de l’Hérault ont alors lancé des investigations classiques autour de ce délinquant récidiviste, notamment pour cibler ses fréquentations régulières. Un travail de fourmi qui a porté ses fruits, puisque cinq mois plus tard, les enquêteurs sont remontés aux quatre complices, dont une jeune femme, interpellés mercredi et jeudi derniers et placés en garde à vue.

Trois incarcérations

Ils ont été déférés au parquet de Montpellier qui a ouvert une information judiciaire au cabinet d’un juge d’instruction. Trois des agresseurs présumés ont été placés sous mandat de dépôt, deux hommes à la maison d’arrêt de Villeneuve-lès-Maguelone, la femme à la prison de Nîmes. Les deux autres auteurs présumés qui n’avaient que bloqué les portes du tramway, sans exercer de violences ont été remis en liberté jusqu’au procès devant le tribunal correctionnel.

8 Comments

  1. Effectivement qui n avaient Que bloquer les portes c est honteux ils sont tout aussi responsable quelle barbarie et quelle lâcheté

  2. Les deux jeunes montpelliérains ont été légèrement blessés
    Après deux passages à tabac ?,?
    Et le chauffeur, il sifflait en regardant ailleurs, ou en pause syndicale, et les caméras, la nuit c’est sensible, si une personne surveille, l’alerte est donnée!!pause syndicale aussi , surement;
    quand aux 5 débris humains, si vous les descendez au coin du rue, 10 caméras s’allumeront, deux cars de police seront là en 5 mn avec le pack à bord, à savoir, avocats, assistant social, et un délégué de la mairie…
    fait pas bon d’être un français « normal » ces derniers temps…

  3. Les caméras situées cours Gambetta sont surveillées 24H/24
    Ne pourrait imaginer que les rames de Tram soient également toutes surveillées de la même manière ? La mairie a-t-elle d’autres priorités à gérer ???

  4. La Tam s en tamponne de la sécurité de ses usagers. Et de la civilité aussi. Suffit de voir les contrôleurs qui ont pour consigne de jouer les pompes à fric, même avec des mamies de 80 ans qui ont oublié de valider. Mais musique à fond ou pieds sur les sièges, rien à foutre. Alors quoi, vous me parlez de sécurité dans les transports? Mais c’est la faute à l’état diront la Tam et la Mairie, il ne veut pas affecter des effectifs à une police des transports. L’activité étant si peu rentable, il est exclu de penser que Mairie et Tam pourrait financer une police municipale dédiée à la sécurité dans les transports; faudrait quand même pas faire des frais pour les sans dent.

  5. Avec Macron, cela sera la débandade, l’impunité totale et après La Macronette, cela sera pire. La France a laissé trop faire depuis des années. C’est un pays qui a délaissé de côté toute la protection des citoyens. Le pire est l’indifférence totale de la population.

    Le chauffeur du TRAM, on n’en parle pas !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *