A9 : Charles Trenet vous salue bien sur l’aire de Narbonne-Vinassan

STATUE. Une magnifique statue en bronze de Charles Trenet a été inaugurée jeudi par Vinci Autoroutes sur l’aire de repos de l’autoroute A9 de Narbonne-Vinassan Sud, dans le sens Montpellier-Espagne. Un parcours artistique dédiés à feu l’artiste est agréable dans un décor champêtre.

L’inauguration a eu lieu en présence de Jean-Luc Rivel, maire de Salles-d’Aude, Didier Aldebert, maire de Vinassan, et de Pierre Coppey, le président de Vinci Autoroutes. Cette installation réalisée par Pascale et Thierry Delorme rend hommage à celui qui était surnommé « le Fou chantant » et qui était originaire de Narbonne.

Avec ce nouveau site, Vinci Autoroutes poursuit activement sa politique de valorisation du patrimoine culturel des territoires traversés par son réseau qui s’est déjà traduite en 2015 par l’inauguration sur l’A9 de l’aire de repos de « Loupian-Georges Brassens », entre les échangeurs d’Agde et de Sète, dans le sens Narbonne-Montpellier.

Des plaques sculptées

Les œuvres des sculpteurs Pascale et Thierry Delorme, disposées tout au long d’un parcours artistique, invitent les voyageurs d’un jour à se promener et (re)découvrir la vie et l’œuvre du « Fou chantant ». Les visiteurs pénètrent dans l’univers enchanté de Charles Trenet dès leur entrée sur le parcours jalonné par des plaques sculptées qui retracent son histoire et mettent en scène ses chansons.

Poète, chanteur, comédien, peintre : l’auteur de « Y’a de la joie » et « Boum » était un artiste aux multiples facettes dont l’œuvre célèbre la joie du voyage sur la « grande route de la liberté ». Au moment des grands départs pour les congés d’été, l’inauguration de ce parcours artistique sur une aire d’autoroute prend ainsi une résonance particulière. Des milliers de voyageurs pourront désormais emprunter la « Route nationale 7 » en direction de la mer – chansons dont les textes parcourent le site – via l’aire de Narbonne-Vinassan Sud. Si l’A9 avait existé à son époque, Trenet aurait volontiers chanté la suite de son tube « Route nationale 7 » !

Un Jardin extraordinaire

Directement inspiré de la chanson éponyme, les visiteurs pourront également se détendre dans le Jardin extraordinaire, où ils trouveront tables et chaises longues. Les visiteurs découvrent ainsi une statue en bronze à l’effigie de Charles Trenet, souriant et représenté avec son célèbre chapeau mou et son doigt levé. Près de la statue, des bancs en pierre accueillent les promeneurs qui souhaitent faire une pause chantante en compagnie de l’artiste. Par ailleurs, de petites sculptures métalliques sur socle représentent différents moments de la vie du chanteur.

Charles Trenet est né à Narbonne le 18 mai 1913. Artiste aux talents multiples, il forgera sa fibre artistique par la force des voyages et des rencontres, de Narbonne à Béziers, de Berlin à Paris, de New York à Mexico. Véritable légende du music-hall français, le « Fou chantant » s’éteindra en 2001, marquant de son empreinte la chanson et la culture populaire françaises. Fils d’un père notaire et mélomane et d’une mère pianiste amateur, Trenet découvre très jeune sa sensibilité artistique, et la développe tout au long de sa jeunesse.

Premiers poèmes à 13 ans

Touche à tout, du modelage au théâtre, de la musique à la peinture, le jeune Trenet se passionne très tôt pour la poésie qu’il découvre et dévore aux côtés de son mentor, Albert Bausil, poète de Perpignan, ami de son père. Dès l’âge de treize ans, Trenet publie ses premiers poèmes tout en jouant dans diverses pièces de théâtre.

Charles Trenet s’envole vers Berlin en 1928 pour poursuivre des études artistiques, tout en continuant à voyager, de Vienne à Prague, avant de rentrer en France à ses seize ans. Après un rapide passage à Narbonne, il rejoint Paris au début des années 1930, et devient assistant metteur en scène et accessoiriste aux Studios de Joinville. En 1932, il s’enflamme pour le jazz, et commence à écrire des poèmes, des articles de journaux et des romans-feuilletons sous le pseudonyme de Jacques Brévin.

En 1932, dans un club de jazz, il fait la connaissance d’un jeune pianiste, Johnny Hess. C’est ainsi que naît le duo « Charles et Johnny », qui allie chanson française et mélodie moderne, dans un style nouveau dit « fleur bleue », adapté du style dynamique et jeune des comédies américaines. Le duo est interrompu par l’appel de Charles Trenet sous les drapeaux en 1936.

Visitez sa maison natale

La maison natale de Charles Trenet est à découvrir à Narbonne, ville de naissance de Charles Trenet et qui l’a profondément inspiré. Il est aujourd’hui possible de visiter sa maison natale, où l’auteur de « Douce France » a passé toute son enfance.

Située au n°13 de l’avenue Charles-Trenet, cette « maison aux volets verts » a vu naître le poète le 18 mai 1913. Elle fut le lieu d’éveil d’une vocation artistique exceptionnelle et d’un talent unique. Ouverte au public depuis novembre 2000, la maison propose une scénographie audiovisuelle et interactive, elle invite le visiteur à découvrir des documents d’archives, des souvenirs personnels ; et plonge le visiteur dans le Jardin extraordinaire de Trenet.

>> Renseignements : appeler le 04 68 58 19 13. musees@mairie-narbonne.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *