Accueil des migrants à Montpellier : l’association RAIH mise à sac

VANDALISME. Les locaux de l’association RAIH -Réseau Aide Information Hérault- situés dans la rue Castilhon, entre le cours Gambetta et le boulevard du Jeu de Paume à Montpellier ont été saccagés par un groupe d’identitaires de la Ligue du Midi en fin de semaine dernière.

Les vandales ont signé leur action spectaculaire en la filmant et en la revendiquant dans une vidéo. Cinq à sept membres de la Ligue du Midi ont mis à sac les locaux de l’association à visage découvert, en expliquant leur geste par « On est passé chez les collabos », selon le contenu de la vidéo diffusée sur sa page Facebook.

« Pas de saccage »

« Vendredi 30 juin à 10h, le local de l’association Réseau d’Accueil et d’Insertion de l’Hérault (RAIH) a reçu la visite virile d’une dizaine de militants de la Ligue du Midi. Les identitaires d’Occitanie ont, ainsi, manifesté contre les subventions publiques attribuées aux associations pour l’accueil des immigrés clandestins et notamment les mineurs étrangers non accompagnés, ex-mineurs isolés », confirme-t-on du côté des Identitaires.

Selon la Ligue du Midi, « ces adolescents sont coupables depuis plusieurs mois d’une multitude d’agressions -vols à l’arraché, vols avec violences, cambriolages, passages à tabac, viol- à Montpellier, et notamment dans le centre-ville ».

La Ligue du Midi dément avoir saccagé les locaux de RAIH, puisqu’aucun mobilier et autre bien n’ont été cassés, expliquant avoir mis les bureaux sans dessus dessous et avoir fait voler et éparpiller tous les documents, sans les déchirer. Les trois permanents de l’association présents au moment de l’irruption du groupe des Identitaires n’ont pas été physiquement touchés.

Combat contre l’insécurité

La Ligue du Midi d’Occitanie combat l’insécurité permanente : « Les dix plus grandes villes de la région, dont Montpellier sont en tête de la criminalité au niveau national. Sortir le soir en ville relève du parcours du combattant. Des bandes commencent à terroriser les campagnes et les fêtes votives se terminent dans le sang. L’islam radical est aujourd’hui un danger spécifique majeur : c’est une idéologie totalitaire accompagnée d’une stratégie de conquête, souvent contagieuse pour une population « de souche » de plus en plus aculturée. Le gouvernement vient de rapatrier aux frais du contribuable, les clandestins de Calais, à Nîmes et à Sète, au Barcarès, près de Perpignan, puis les a dispersés dans la nature, ce qui représente des risques quant à la sécurité, l’hygiène et la santé, alors que nos soldats meurent au Mali pour instaurer la paix dans un pays que désertent ces clandestins ».

Protection et prise en charge

L’association RAIH concourt à la protection et à la prise en charge des mineurs étrangers isolés et ainsi exposés à un danger grave. Elle veille pendant leur séjour sur le territoire à leurs conditions d’éducation, de formation, de santé conformément à la Convention des droits de l’enfant.

Chaque année depuis 2002, l’association a accueilli et « hébergé » entre 20 et 30 jeunes chaque année, évalué leur situation et proposé une orientation, un transfert vers un autre lieu en France ou à l’étranger, une prise en charge par l’ASE -Aide sociale à l’enfance- ou le retour au pays d’origine.

RAIH met à disposition sa structure, sa pratique professionnelle et son réseau pour soutenir et aider les mineurs étrangers isolés et proposer des solutions adaptées à chacune des situations. Elle travaille en lien étroit avec le conseil départemental de l’Hérault.

Prévenir les dangers

Une enquête est en cours. Les policiers de la sûreté départementale de l’Hérault mènent des investigations supervisées par le procureur de la République de Montpellier.

Un extrait de la vidéo de la Ligue du Midi dans les locaux de RAIH le 30 juin.

4 Comments

  1. L’article L622-1 du code de l’entrée et du séjour des étrangers et du droit d’asile stipule que « toute personne qui aura, par aide directe ou indirecte, facilité ou tenté de faciliter l’entrée, la circulation ou le séjour irréguliers, d’un étranger en France sera punie d’un emprisonnement de cinq ans et d’une amende de 30.000 euros ».
    Le problème c’est que l’amende est souvent transformée en subventions avec la bénédiction des contribuables …

  2. Et que dit la loi si on croise quelqu’un en train de mourir de froid ou de faim. On doit passer son chemin et se considérer comme un bon citoyen ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *