Montpellier : une centaine de panneaux publicitaires fracturés

VANDALISME. Grosse colère des responsables du groupe Jean-Claude Decaux -JC Decaux, groupe mondial de communication extérieure- qui gère des centaines de panneaux publicitaires protégés par vitrines à Montpellier et sur la zone de la métropole : en fin de semaine dernière, en plein jour, des membres d’un collectif de défense de réfugiés qui s’est créé à Montpellier ont fracturé les panneaux pour déchirer les publicités en cours et pour afficher divers messages en marge d’un rassemblement.

On pouvait ainsi lire, « De l’air, de l’air, ouvrez les frontières », « Aucun être humain n’est illégal » ou encore « Je suis Afghan, je suis exilé ». Ces colleurs d’affiches ont réussi leur coup de force sur une centaine de vitrines publiques, comme sur celles implantées dans le quartier du faubourg de Figuerolles.

Cinq interpellations

Un commerçant, témoin des faits a alerté le commissariat central et un équipage de la brigade anticriminalité -BAC- a sillonné les quartiers sud et ouest pour localiser les cinq vandales en pleine action. Ils ont été interpellés. Le préjudice est important pour les sociétés ayant pignon sur rue qui ont payé ces grands encarts publicitaires sur la voie publique.

Le boss du groupe JC Decaux a vivement félicité et remercié le commerçant vigilant qui a compris que ces cinq colleurs d’affiches étaient suspects. Et qui a prévenu la police.

Un des messages sur un des panneaux vandalisé. Photo JMA. Métropolitain.

8 Comments

  1. Scandalisée par la présentation tendancieuse et outrancière de cette action non-violente et pacifique : les mots employés : fracturer, vandales : je n’ai pas vu de trace de bris de glace. Ils ont visiblement gentiment ouvert et refermé les panneaux. En nous débarrassant de la pollution publicitaire qui devient de plus en plus insupportable ! Merci à eux pour cet air frais

  2. Fracturé ? Attention au mots que vous utilisez quand vous écrivez votre papier…. C’est une action pacifique, je n’ai vu aucun débris de verre également…

  3. « Sa passion, c’est son métier depuis déjà 36 ans »

    C’est ça votre passion ? La désinformation par le copier coller de brève de police ?

  4. De la désinformation et un encouragement à la délation… bravo e-montpellier pour cet article de mauvais goût.

    J’ai vu quelques traces de cette action non-violente, il n’y a eu aucune dégradation et merci à ces personnes de mettre un peu plus d’humanisme dans notre espace visuel !

    Ça change de toutes ces publicités sexistes, manipulatrices et envahissantes.
    Que JC Decaux ne la ramène pas trop.

  5. Ah dès que ça touche au portefeuille, forcément… C’est clairement d’une violence inouïe ce genre d’action, franchement, nous empêcher de nous faire laver le cerveau à coup de violences publicitaires l’espace d’une journée et nous proposer à la place des pistes de reflexion… :'(
    Et ces pauvres panneaux publicitaires ! Ils n’ont rien demandé ! Et que dire des responsables éplorés de cette grande multinationale ? On y pense au choc psychologique, hein ? C’est pas les immigrés qui peuvent nous en dire autant ! Qu’est-ce qu’ils y connaissent eux à la souffrance ? …

    Article à gerber. Pas besoin de faire une thèse en langue pour se rendre compte que tous les termes sont péjoratifs voir même carrément exagérés. Ça va la presse d’opinion sur une action PACIFISTE, sans dégâts matériels autre que des feuilles déchirées (hé oui désolé mais je n’ai vu aucunes vitres cassées) ?
    Continuez les gens. o/

  6. Il n’y a eu aucune effraction. Chacun sait en effet s’il veut faire preuve d’un peu de bonne foi que les clés qui permettent d’ouvrir les panneaux Decaux sont très faciles à copier. On en a eu la preuve avec les scandaleuses affiches niant les droits des femmes à Paris. Cet article ne fait que révéler le propre positionnement idéologique de son auteur.

  7. Sa passion, c’est son métier depuis déjà 36 ans. Spécialisé dans le traitement des faits-divers et dans les chroniques judiciaires, ce « roi du scoop » natif du Luberon ne compte jamais ses heures. Ses atouts : une plume aiguisée et un réseau d’informateurs à faire pâlir.

    Sérieusement ?
    Un papier digne d’un stagiaire de quatrième, et encore.
    Otez moi d’un doute, le guignol qui correspond à cette bio n’existe pas vraiment, si?

  8. Faut croire que les tenants du pouvoir n’aiment pas qu’on se montre solidaire envers les migrants.

    La pub, ils s’en foutent, mais là comme ça touche aux migrants, il faut tout de suite décrédibiliser et diaboliser. Mais les autres fois où des pubs ont été remplacées, par le même mode opératoire, mais par d’autres contenus, là on disait rien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *