Législatives dans l’Hérault : sept députés LREM, un FI, un FN et une abstention record

ÉLECTIONS. Avec 7 députés sur 9, l’Hérault contribue à donner une large majorité à Emmanuel Macron. La République en marche ! ne réalise pas le raz de marée annoncé mais enregistre une belle victoire tout de même. Coralie Dubost, visage apparu durant la campagne présidentielle, incarne le renouveau exprimé par les électeurs. Échappé du PS, Patrick Vignal, seul député sortant présent au second tour dans le département, obtient une belle victoire et conserve son siège. Christophe Euzet et Nicolas Démoulin du Modem réussissent dans leurs circonscriptions. Tout comme Jean-François Eliaou, dont c’était le baptême du feu devant les électeurs malgré quelques accointances passées avec le Parti Radical. Réussite également pour le maire d’Adissan, Philippe Huppé, patron du Parti Radical dans l’Hérault ayant plusieurs affinités avec l’UDI. Patricia Mirallès, fidèle à Philippe Saurel, complète le contingent héraultais des députés de la majorité présidentielle dont il faudra voir à terme la cohérence.

Muriel Ressiguier perturbe la stratégie de Philippe Saurel

Sur la 2e circonscription, 100 % Montpelliéraine, Muriel Ressiguier de la France Insoumise est venue jouer les troubles fêtes. Elle siégera au côté de Jean-Luc Mélenchon, Alexis Corbière ou encore François Ruffin à l’Assemblée nationale. Stéphane Vidal, autre candidat de la France Insoumise impliqué dans un duel face à la République en marche ! dans la 3e circonscription, réussi un meilleur second tour en doublant son nombre d’électeurs (de 6 386 à 13 226 voix), mais n’a rien pu faire face à l’avance de Coralie Dubost (qui ne gagne que 4 037 voix entre les deux tours). Cette dernière, néanmoins adoubée par les urnes, s’affirme définitivement comme la leader du mouvement présidentiel dans l’Hérault.

La défaite de Stéphanie Jannin, candidate imposée par Philippe Saurel, risque d’avoir des conséquences dans le milieu politique locale. Si l’adjointe à l’urbanisme n’a pas su faire oublier les affaires, que l’opposition ne manquera pas de reprendre, on peut également se poser la question d’un vote de défiance envers le maire de Montpellier. L’élection de Patricia Mirallès, candidate également imposée par Philippe Saurel, dans la 1ère circonscription face à France Jamet du Front National, limite les dégâts. Un remaniement municipal devrait avoir lieu dans les prochains jours. Le premier édile donnera une conférence de presse demain matin. Peut-être annoncera t-il « Saurel 4 » ? Autre temps fort ce jeudi avec le conseil municipal où ces élections devraient attiser quelques passions.

Un duel gagné sur 7 par le FN

Dans la 6e circonscription, Emmanuelle Ménard offre une victoire au Front National et côtoiera Marine Le Pen, Louis Aliot ou encore Gilbert Collard dans l’hémicycle. Sur des terres propices, l’épouse du maire de Béziers devance Isabelle Voyer qui faisait là ses premiers pas en politique. Et même si cette dernière gagne 7 435 électeurs entre les deux tours, contre 5 579 pour son adversaire, cela n’aura pas suffi à la placer en tête.

Sur sept duels face à la République en marche ! dans l’Hérault, c’est le seul que remporte le Front National. Malgré la défaite de ses cadres comme France Jamet, Guillaume Vouzellaud, Gérald Prato ou Myriam Roques, c’est tout de même une réussite pour le Front National qui envoie un représentant à l’Assemblée national.

L’abstention, premier parti de France

Avec un taux de participation définitif de 42,05 %, l’Hérault ne se démarque pas du reste de la France (44,59 % le plus faible taux enregistré sous la Ve République, -12 points par rapport à 2012). L’abstention record peut trouver son explication dans le sentiment que tout était joué ou la même défiance envers la classe politique qui surgit à chaque élection. Mais avec plus de la moitié des Héraultais qui ne se sont pas déplacés aux urnes, les candidats ont été élus par entre 17,81 % (Muriel Ressiguier, FI) et 23,75 % (Coralie Dubost, LREM) des inscrits. Si le président de la République bénéficie d’une large majorité à l’Assemblée nationale, le socle électoral de ses députés est particulièrement faible. Tout semble en place, en attendant le remplacement de la moitié des sénateurs en septembre, pour qu’Emmanuel Macron mène sa politique sans être gêné, l’abstention pourrait se mettre en marche dans la rue.

Les députés de l’Hérault

Infographie : Anthony Montardy.

3401 : Patricia Mirallès (La République en marche !)
3402 : Muriel Ressiguier (France Insoumise)
3403 : Coralie Dubost (La République en marche !)
3404 : Jean-François Eliaou (La République en marche !)
3405 : Philippe Huppé (La République en marche !)
3406 : Emmanuelle Ménard (Front National)
3407 : Christophe Euzet (La République en marche !)
3408 : Nicolas Démoulin (La République en marche !)
3409 : Patrick Vignal (La République en marche !)

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *