VIDÉO. Législatives : Nicolas Démoulin face à Gérard Prato sur la 8ème

ÉLECTIONS. C’est un duel inattendu que vont devoir trancher dimanche les électeurs de la 8ème circonscription de l’Hérault, qui s’étend de Frontignan à l’ouest de Montpellier : Nicolas Démoulin porté par le mouvement de la République en Marche, du chef de l’État, Emmanuel Macron face à Gérard Prato du Front national, redoutable homme de terrain.

Nicolas Démoulin (REM) – Anthony Montardy/Métropolitain.

Pour Nicolas Démoulin, 44 ans, « c’est la droite qui a fait en 2012 un redécoupage de cette circonscription. Mais, il a profité à la gauche, puisque c’est le socialiste Christian Assaf qui a été élu ». Le député PS a été laminé dimanche. Pour le qualifié de REM, « il y a sur cette circonscription un énorme et récurrent problème de pollution, notamment olfactive, certes avec la Mobil de Frontignan, mais pas que : il faut traiter le problème environnemental du massif de la Gardiole. Sur le canton de Pignan complètement abandonné, il faut travailler avec la métropole de Montpellier, comme d’ailleurs pour les quartiers délaissés de la ville comme Celleneuve. La priorité est l’éducation, avec un gros effort qui doit être fait pour aider les enfants dès qu’ils commencent dans la vie. Mes autres priorités, si je suis élu, seront la protection des PME, de plus en plus ferment, alors que paradoxalement elles affichent de bons chiffres d’affaires et qu’elles sont bénéficiaires. En fait, elles sont confrontées à des soucis de trésorerie qu’il convient de régler. Mon constat sur l’absentéisme record du premier tour : il fait redonner confiance aux citoyens pour qu’ils aient envie de retourner aux urnes. Et moi, je suis confiant pour ce second tour ».

À 50 ans, Gérard Prato se retrouve dans la dernière ligne droite grâce à une présence assidue sur le terrain. C’est sans doute ce qui a payé : « J’ai constaté qu’il y a beaucoup de chômage et de précarité dans cette circonscription,. Le nerf de la guerre, c’est le social, il faut aider toutes les familles abandonnées, celles dans le besoin qui n’arrivent plus à payer leurs loyers. Il y a sur cette circonscription un évident problème écologique, d’environnement, c’est la dépollution du site de la Mobil à Frontignan, mais également la pollution des étangs et du massif de la Gardiole. Il faut se mobiliser. Si je suis élu, j’irai vers les agriculteurs et les viticulteurs. Ceux que je rencontre me rendent compte de situations difficiles à vivre, à surmonter au quotidien. Il va falloir les aider et vite. Voter pour les candidats de REM est dangereux : Emmanuel Macron l’a dit et il va le faire  : il va gouverner par ordonnances, il va faire passer en force ses lois à coups de 49.3, il faut que les Français le sachent ».

Gérard Prato (FN) – Anthony Montardy/Métropolitain.

>> Les candidats ont répondu à l’invitation commune de Radio Aviva sur la fréquence 88 FM et du groupe de presse Média Métropolitain (7OFFICIEL/MÉTROPOLITAIN). Les interviews à l’hôtel Océania-Le Métropole à Montpellier sont réalisées par Julien Cloppet, journaliste à Radio Aviva. À suivre, l’interview d’autres candidats qualifiés pour le second tour, dimanche.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *