L’aéroport de Montpellier est aussi une réserve naturelle

LE SAVIEZ-VOUS ? L’une des plus importantes réserves naturelles de l’agglomération héraultaise se trouve sur l’aéroport Montpellier Méditerranée ! Le 23 mai dernier, Emmanuel Brehmer, le directeur du site organisait avec Roland et Julia Seitre, docteurs-vétérinaires et dirigeants de l’association HOP! Biodiversité, une balade champêtre au-delà du tarmac pour découvrir les prairies sauvages de l’aéroport qui s’étendent sur plusieurs dizaines d’hectares.

Une espace naturel protégé qui s’étend des pistes jusqu’aux étangs et où s’épanouissent la faune et la flore. Certes, il y a le bruit, mais cette pollution sonore est largement compensée par l’absence de produits chimiques utilisés sur le site. Les prairies de l’aéroport ne sont pas cultivées et sont donc vierges de tous intrants.

Des conditions idéales pour les plantes et les êtres vivants (insectes, oiseaux et mammifères) qui prolifèrent sur le site : « Tout au long de l’année, Hop ! biodiversité organise un travail de terrain sur la prairie de l’Aéroport », explique Julia Seitre : « À l’aide de protocoles de sciences participatives pilotés par le Muséum national d’Histoire naturelle, nous dressons un inventaire des espèces et nous évaluons régulièrement la diversité biologique et la richesse naturelle du site ».

Des milieux écologiques menacés

Les deux docteurs-vétérinaires, qui ont lancé leur association en 2013, font justement état « d’une belle variété sur les prairies aéroportuaires de Montpellier », et dévoilent le bestiaire qui s’y cache :
-Une grande richesse ornithologique liée à la proche Camargue avec  63 espèces d’oiseaux inventoriées ;
-Un sol qui contient 500 vers de terre au mètre carré, densité qualifiée d’élevée ;
-5 espèces de chauve-souris enregistrées ;
-5 espèces d’orchidées, en particulier des ophrys répertoriés par centaines au mois d’avril
-12 espèces ou groupes d’insectes pollinisateurs considérés comme rares au niveau national…

Conditions idéales pour la faune et la flore

« Les aéroports abritent très majoritairement des espaces qui sont laissés dans leur état semi-naturel et constituent autant de prairies ou de steppes, qui s’avèrent aussi des milieux écologiques menacés en Europe », précisent les scientifiques.

« Les aéroports ont conscience qu’ils sont aussi des gestionnaires de zones réservées qui abritent une biodiversité ordinaire riche et bénéfique pour l’environnement, et parfois une biodiversité remarquable », complète Emmanuel Brehmer : « C’est pourquoi l’aéroport de Montpellier s’est engagé aux côtés de l’association Hop ! Biodiversité. Agir pour la préservation ce l’environnement fait aussi parti de notre plan Destination 2020 ».

Le poids insoupçonné des aéroports

Hop ! Biodiversité, qui travaille avec la majorité des grands aéroports français, livre des chiffres assez surprenants. Dont celui-ci : Le nombre total d’aéroports en France représente une surface importante de l’ordre de 5 fois celle de Paris. « Les espaces naturels abrités par les aéroports possèdent des prairies d’une surface équivalente à un grand parc naturel national », illustrent Roland et Julia Seitre qui délivrent quelques chiffres sur les aéroports :

-30 à 70 : le nombre d’espèces d’oiseaux différentes recensées par aéroport ;

-1000 : le nombre d’espèces végétales et animales recensées -dont 120 espèces d’oiseaux- sur 5 plateformes pionnières…

Rappel : Paf le flamand

Avoir une belle biodiversité sur l’aéroport de Montpellier procure parfois des sensations fortes. Ainsi, comme Métropolitain l’avait révélé ici, Le 17 mars dernier, dans la nuit, un avion d’Air-France en provenance de Paris a percuté en plein atterrissage, un flamant rose esseulé.

Un incident rarissime et sans gravité -du moins pour les passagers et l’avion- qui a tout de même nécessité de la part des pilotes l’activation du plan sécurité. L’appareil a du être tracté jusqu’à l’aérogare…et les passagers ont pu débarquer avec une heure de retard.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *