Montpellier : Rosy Varte, Elsa Triolet, Johan Cruyff au coin de la rue

URBANISME. Avec les nouveaux quartiers ou les réaménagements de voiries, de nouveaux noms sont à donner aux rues, allées et autres places. Quatorze nouvelles dénominations ont été approuvées, parmi lesquelles on trouve l’allée Rosy Varte, la rue Elsa Triolet, la rue Dante Alighieri ou encore la rue Johann Cruyff. Avec comme principe depuis quelques mois d’attribuer autant de noms féminins que masculins.

Ce n’est pas une spécialité de Montpellier mais cela pourrait le devenir. Régulièrement des noms de voiries ressortent soit pour l’originalité de la personne choisie comme ce fut le cas par le passé avec les rappeurs Guru et Jay Dee, soit pour leur engagement comme avec les prix Nobel de la paix Aung San Suu Kiy et Shirin Ebadi. Des personnalités qui n’ont aucune attache avec la Montpellier, mais que la Ville honore d’une certaine manière.

C’est le cas avec Rosy Varte, la célèbre interprète de la série télévisée Maguy, donne son nom à une allée entre la piscine et le parking de la Mosson. Elle rejoint d’autres illustres comédiennes comme Romy Schneider ou Simone Signoret. Montpellier, ville de sport, ne pouvait ne pas plonger dans ce domaine comme c’est déjà le cas avec Alain Colas entre autres. La cité du Petit Bard va accueillir l’un des plus grands footballeurs de l’histoire avec le hollandais Johan Cruyff. Il est accompagné de Charlotte Cooper. La tenniswoman aux cinq titres à Wimbledon, fut en 1900 à Paris, la première médaillée d’or de l’histoire des jeux olympiques.

Monde des arts

Le monde des arts n’est pas en reste avec le danseur français d’origine ukrainienne Serge Lifar, l’écrivain italien Dante Alighieri ou l’artiste peintre et musicienne Alma Mahler. De biens bonne compagnies pour les chanteurs Joe Dassin et Claude Nougaro, l’écrivain Isaac Asimov ou l’artiste Andy Warhol. Le chanteur Claude François aux tubes discos incontournables qui fait toujours danser les jeunes et les nostalgiques sur les pistes des discothèques possède aussi sa rue.

Il a bien entendu la part d’hommage historique avec le poilu et défenseur de l’honneur du Midi Louis Bonfils, le dernier vétéran de la Première guerre mondiale Lazare Ponticelli, l’historien des chemins de fer Paul Génelot, le résistant et co-fondateur des commandos parachutistes de l’air François Coulet.

Parité pour les noms de voiries

Pour ne pas laisser les femmes sur le banc de l’histoire, Philippe Saurel a souhaité, en mars 2016, imposer la parité lors de la dénomination des voiries. Selon l’association Osez le féminisme 34, seulement 2,5 % des noms de rue porteraient celui d’une femme.

C’est donc l’occasion de réparer certains « oublis » même si Montpellier peut s’honorer d’avoir déjà consacré la féministe des années 1840 Flora Tristan ou les aventurières Jeanne Barret et Marie Marvingt. La ville pourra désormais se glorifier d’avoir salué la femme de lettres et résistance Elsa Triolet, la seule femme médecin de la Première guerre mondiale Nicole Girard-Mangin, la première pilote de chasse de l’Armée de l’air Caroline Aigle ou enfin la pédiatre et militante pour les droits de l’homme Elena Bonner.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *