Hérault : une gendarme adjointe championne militaire de basket

0
Manon Boeher fière d'avoir ramené un beau trophée national. Photo D.R.

SPORTS. Une gendarme adjointe volontaire du groupement de gendarmerie de l’Hérault a été sacrée championne de France militaire de basket-ball. Manon Boehrer en poste à la communauté de brigades de Clermont-l’Hérault, rattachée à la compagnie de gendarmerie de Lodève a réalisé avec ses co-équipières de la sélection nationale de la gendarmerie de basket-ball une très belle performance au championnat de France militaire qui s’est déroulé à Brest, dans le Finistère, du 9 au 12 mai.

Les douze sportives ont battu leurs homologues de l’armée de l’air sur le score sans appel de 78 à 34. Elles ont ensuite dominé l’équipe de l’armée de terre 46 à 34, devenant ainsi les championnes de France militaires 2017. Manon Boehrer, a été sélectionnée avec les meilleures joueuses de ce tournoi inter-armées pour intégrer l’équipe de France militaire féminine.

Devenir gendarme de carrière

- Annonce -
PAVÉ 250

La jeune gendarme adjointe volontaire a les honneurs de la page Facebook du groupement de gendarmerie de l’Hérault, où il est indiqué qu’elle est née à Strasbourg en 1997 et qu’elle a commencé à pratiquer le basket-ball à l’âge de 7 ans : « grâce à ses qualités physiques et à sa détermination, la jeune sportive est repérée et intègre rapidement l’équipe nationale, où elle évolue régulièrement entre 2009 et 2015.  Avec son club alsacien et avec l’équipe de France elle participe aux grandes compétitions nationales et internationales. Elle attend d’incorporer prochainement une école de gendarmerie pour réaliser son projet professionnel « devenir gendarme » sans oublier son engagement sportif de basketteuse ». Félicitations à Manon.

- Annonce -Téléchargez dès maintenant notre nouvelle application mobile >> http://urlz.fr/5ohh.
PARTAGER
mm
Sa passion, c’est son métier depuis déjà 36 ans. Spécialisé dans le traitement des faits-divers et dans les chroniques judiciaires, ce « roi du scoop » natif du Luberon ne compte jamais ses heures. Ses atouts : une plume aiguisée et un réseau d’informateurs à faire pâlir.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here