Illustration - Jackin/Fotolia.

SÉCURITÉ ROUTIÈRE. Un important appel à la mobilisation a été lancé par la Fédération française des motards en colère. Ainsi, ce samedi, plusieurs dizaines de motards devraient investir le parking du Zénith Sud de Montpellier, avant de gagner la ville voisine de Baillargues, pour dénoncer la dangerosité des ralentisseurs implantés dans plusieurs communes de l’Hérault.

Le rendez-vous est donné ce samedi à 9 heures au Zénith Sud de Montpellier. Plus tard dans la matinée, les motards rejoindront un collectif de riverains à Baillargues, dans le Lunellois. D’après Jean-Michel Sénéchal, coordinateur au sein la Fédération française des motards en colères, “plus de 90% des ralentisseurs de l’Hérault sont hors-normes. Notre objectif est de se faire entendre auprès des pouvoirs publics et des élus, sur la dangerosité des infrastructures mises en place dans certaines communes”.

Une politique de sécurité routière abusive ?

- Annonce -

Le ralentisseur est l’arme la plus sollicitée pour faire ralentir les usagers de la route en ville. Seulement, beaucoup de maires “abuseraient” sur l’implantation de ces dispositifs et une grande majorité ne respecterait pas les normes. En effet, d’après un décret paru en 1994, les communes avaient jusqu’en 1999 pour se conformer à la règlementation. Aucun élément n’est laissé de côté, tous les ralentisseurs doivent être implantés dans des zones bien définies et doivent correspondre à des critères très précis.

“Il y a des normes pour la mise en place des ralentisseurs. Ils font mettre tout et n’importe quoi” réagit le représentant des motards en colère, tout en précisant que “dans l’Hérault, ils sont très souvent hors normes par rapport à leur hauteur”.

Le conseil départemental dans l’action

Face à cette problématique en terme de sécurité routière, le conseil départemental de l’Hérault a déjà été interpellé sur le sujet. Pour Jean-Michel Sénéchal, le problème a été pris en compte et des mises aux normes ont déjà été effectuées sur certains ralentisseurs, mais de nouveaux “dos d’âne” ou “gendarmes couchés” -les autres noms donnés aux ralentisseurs, NDLR- qui ne sont pas aux normes voient le jour dans des communes héraultaises, au dépit de la règlementation.

>> Pourquoi Baillargues ? “Nous avons choisi Baillargues pour le côté pratique. C’est Baillargues, comme ça aurait pu être d’autres communes concernées par notre démarche”. L’arrivée du convoi des motards en colère, prévue à 11h ce samedi dans cette ville située entre Montpellier et Lunel va générer une pagaille monstre au niveau de la circulation.

Anthony Montardy
PARTAGER

1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here