Non-polluant, le vélo devient un nouvel accessoire de mode

MOBILITÉ. Qui de mieux qu’un Hollandais pour vous parler de vélo ? Rencontre avec le néo-montpelliérain Erwin Warmerdam, gérant de la boutique W-ville et Vélo, au centre-ville de Montpellier. 

“En Hollande, on compte plus de 30 millions de vélos pour 16 millions d’habitants“, rappelle Erwin, le créateur de la boutique W-Ville et Vélo, boulevard de Strasbourg. Après 15 ans passés en France, entre Paris et les Cévennes, Erwin se reconvertit et ouvre en avril 2015, son magasin de vélos où il vous accueillera toujours avec un petit café.

Ici, on vient choisir un vrai vélo de ville. Pas un VTT ordinaire, mais un vrai vélo urbain, classique ou électrique, sélectionné par le maître des lieux, grand amoureux de la Petite Reine et extrêmement jaloux sur le choix des marques. Le spécialiste propose en exclusivité un vrai choix de marques hollandaises (Roetz, Union, Gazelle, Troy Bike, les vélos en bois Sandwichbike) et françaises (Arcade, Matra, Solex Vélo) : “Je recherche exclusivement la qualité“, confirme Erwin, Tous mes vélos sont spécialement conçus pour le déplacement urbain et partagent le même ADN: le look, le confort d’utilisation et les équipements“.

De plus en plus d’initiés

“Aujourd’hui, Montpellier rattrape son retard“, affirme Erwin, qui annonce avoir vendu près de 200 vélos en 2016 à une clientèle qui, elle aussi, se démocratise : “Toujours des avocats, mais aussi davantage de jeunes actifs qui travaillent en ville, sans oublier les parents qui amènent et récupèrent les enfants à l’école“. Les machines proposées par W-Ville et Vélo offrent une position de conduite urbaine idéale, le dos bien droit, “Ce qui permet de bien pédaler et d’être vu sur la route par les autres, précise Erwin.  Ils sont tous adaptés à la vie montpelliéraine où la pratique quotidienne pour les déplacements professionnels, justement, se développe“.

Engin non-polluant

Alors, ringard le vélo ? Au contraire: l’engin non-polluant devient un accessoire de mode. Au look des vélos d’Erwin se rajoute leur fonctionnalité : toutes ses grandes marques, dont la gamme de prix s’échelonne de 319€ -Arcade noir Renaissance- à 791€ -Roetz Road homme Matt Anthracite- pour atteindre 1 099€ -pour le magnifique vélo en bois Sandwich SF2- peuvent recevoir des accessoires conçus sur mesure : paniers, sacs de course ou sacoches. “Avec le vrai vélo urbain, tout est pensé pour se faciliter la vie en gardant un look d’enfer. Par exemple, les sacoches en cuir : je travaille en ville, je clipse ma sacoche, je roule et je la reprends quand je me gare pour aller au bureau“.

Pour Erwin, il est impossible désormais de rétropédaler. Le mouvement est en roue libre.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *