Crise : Anne-Yvonne le Dain veut être exclue du PS

POLITIQUE. La défaite catastrophique de Benoît Hamon, le candidat du Parti socialiste au premier tour de l’élection présidentielle laisse des traces au sein du parti, où une crise ouverte éclate. Avec un séisme dans l’Hérault, où la députée PS de la deuxième circonscription, Anne-Yvonne Le Dain, agacée, irritée et scandalisée par certains commentaires réagit très fermement, ce mardi soir :
« Je lis ici et là quelques fanfaronnades… dont celle de Hussein Bourgi, élu de la Région Occitanie et 1er Responsable Fédéral du PS dans l’Hérault. Il me semble qu’un peu d’humilité siérait mieux, voire siérait bien, à une équipe qui, malgré l’engagement du Président du CD34 Kleber Mesquida et de la présidente d’Occitanie, Carole Delga, a atteint le lamentable score de 5.7%, un des pires de France pour le candidat Benoît Hamon. Parler, dans un tel contexte, de « forte implantation » ou « d’élus locaux qui sont une force » tout en donnant des leçons de bonne conduite à Emmanuel Macron … est plein d’arrogance et terriblement peu professionnel.
J’incite donc Hussein Bourgi à convoquer la commission de discipline fédérale du Parti et à nous exclure formellement, pouvoir que J-C Cambadélis a octroyé aux fédérations, par courrier, il y a quelques semaines…, alors que ce pouvoir relève, de part les statuts, de … Solferino. Je rappelle ici que je m’honore d’avoir déjà été exclue de ce même PS, pour cause de soutien à Georges Frêche en 2007… On dirait que même ses obligés de l’époque n’ont rien appris ! Peut-être aussi  les responsables nationaux du PS n’ont-ils pas le courage d’avoir à prononcer des exclusions envers des poids lourds comme … Jean-Yves Le Drian, ministre de la Défense, ou Manuel Valls, ex Premier Ministre, ou Gérard Collomb, maire de Lyon, ou ou ou … et la liste est longue… ! Peut-être que les petits couteaux de certaines provinces, dont l’Occitanie, sont moins difficiles à affûter ?
Alors, puisque Hussein Bourgil a désormais le pouvoir de punir et d’exclure, qu’il s’en serve, convoque la commission de discipline, et qu’ils aient tous, enfin, le courage de ré-investir quelqu’un d’autre.
Quant à moi, basta!, je suis effarée de ces petites malignités de gens accrochés à leur petite barcasse croûlante sous le poids des apparatchiks élus alors qu’il y a tant à relever avec bienveillance et détermination pour une social-démocratie responsable, honorable, confiante dans la population de notre pays et dans tous ceux qui militent en ce sens ».
Il est une certitude : Anne-Yvonne Le Dain et Hussein Bourgi ne partiront pas ensemble traquer les électeurs pour les législatives.

1 Comment

  1. Depuis le début, elle essaie de se sauver en se raccrochant à Macron. C’est pathétique. De toute façon la 2e est pour la France insoumise si on regarde les résultats de dimanche dernier. Bye bye AYLD!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *