Présidentielle : ils appellent à faire barrage au FN

ÉLECTION. Dimanche 7 mai, Marine Le Pen -FN- et Emmanuel Macron -« En Marche ! » seront en lice pour le second tour de l’élection présidentielle. Qui succèdera au socialiste François Hollande ? L’avocate ou le banquier, ex-ministre du gouvernement PS Manuel Valls ? Un appel est lancé par des Héraultais pour faire barrage au FN.

Philippe Saurel, DVG, maire de Montpellier, président de la métropole : « Je suis très heureux qu’Emmanuel Macron soit arrivé deuxième à Montpellier et qu’il soit au second tour, avec les excellents résultats au niveau national. La présence au second tour d’Emmanuel Macron, candidat du mouvement En Marche ! que je soutiens depuis le début de la campagne constitue un barrage au FN. Le score d’Emmanuel Macron est formidable, il montre qu’en dehors d’un parti politique, on peut rassembler les Français sur des projets et lutter efficacement contre le Front national. C’est ce que j’avais proposé aux Montpelliérains en 2014, avec succès. On retrouve la même démarche avec ce choix et ce score de En Marche ! au premier tour de la présidentielle ».

Le groupe majoritaire des socialistes et apparentés du Conseil départemental de l’Hérault s’est toujours engagé pour la démocratie, le progrès social et l’écologie, écrivent Kléber Mesquida, président du Département de l’Hérault et Renaud Calvat, président du groupe majoritaire socialistes et apparentés : « La candidate de l’extrême droite représente un danger pour la France, la République et les droits fondamentaux des citoyens. Nous appelons au front républicain pour faire battre le plus largement possible le Front National et la candidate de l’exclusion et donc à voter pour Emmanuel Macron ».

 

 

  Francis, député UDI, qui soutenait la candidature de François Fillon : « Mes pensées vont à toutes et tous les électrices et électeurs de la droite et du centre qui ce soir se sentent en peine et ont le sentiment d avoir manqué un rendez-vous attendu avec les Françaises et les français. Devant le danger de l extrême droite, dont le projet mènerait la France à une crise économique, morale et sociétale, j appelle au nom de l’UDI 34 à faire barrage à l extrême droite ».


Laliam Boudjemaa, fondateur de l’association Ensemble et Citoyen pour Montpellier 2014 et le président de l’Observatoire de la laïcité :
« J’ai fait le choix de rejoindre le mouvement En Marche ! d’Emmanuel Macron pour cette campagne de la présidentielle. Je ne regrette pas de soutenir la dynamique impulsée par Emmanuel Macron. Le 7 mai, ne laissons pas la France aux Le Pen ».

Anne-Yvonne Le Dain, députée PS de la deuxième circonscription de l’Hérault : « Emmanuel Macron a gagné. Je considère qu’il a sauvé l’honneur et de la gauche et de la République. Je m’en réjouis, car je connais l’homme et je le sais solide, audacieux et courageux.
 
Jeune, il incarne l’avenir, avec un culot certain : un français comme on nous aime ailleurs dans le monde…, culotté, cultivé, généreux. J’ajoute que ce combat n’est pas terminé et qu’il ne fait que commencer. D’abord, dans 15 jours, puis je l’espère, pour encore et encore réformer la France, parce que le monde bouge et bougera encore et encore. C’est cette dynamique que les français ont choisi, car au fond, ils savent que c’est le seul moyen pour que « rien ne change ». Ce soir, la France a envoyé au monde un message formidable, positif et ouvert au « reste du monde ».
Pas de repli sur soi, sur nos vieilles lunes sympathiques, ni encore moins sur les idées rancies des héritier-es nationalistes. Fière de mon pays, alors … vive la République, vive la France. Et ouf ! ».

François Commeinhes, maire du parti Les Républicains de Sète :

« Dans la situation de crise majeure que traverse notre pays, je regrette profondément que les électeurs de la droite et du centre se voient privés de candidat pour le 2e tour, du fait d’une campagne de très bas niveau où un climat délétère et des accusations aussitôt érigées en vérités n’ont pas permis à François Fillon d’expliquer et développer un programme de loin le plus crédible et ambitieux pour redresser la France. 

Le pire des scénarios avec un 2e tour laissant face à face les 2 extrêmes est toutefois évité. Mon choix se portera naturellement sur la candidature d’Emmanuel Macron au 2e tour, tant le programme de son adversaire est porteur de régression économique, sociale et morale.  Les responsabilités de l’actuel Président de la République et ses gouvernements aussi inactifs qu’inefficaces étant immenses dans la crise que traverse actuellement le pays, il faut espérer que si Emmanuel Marcon est élu au soir du 7 mai, il saura mener une politique radicalement différente, grâce à une majorité renouvelée où les idées novatrices et courageuses portées par les sensibilités de la droite et du centre trouveront une réelle écoute ».

François Hollande a fait son choix. Il a dit, publiquement ce lundi matin qu’il allait voter Emmanuel Macron.

1 Comment

  1. Bonjour,

    dans l’état de délabrement absolu où est Montpellier, ce type ose encore se montrer ??? Foutez moi ça dehors, allez hop !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *