Meurtre au sabre dans le Gard : des Héraultais arrêtés

ENQUÊTE. Il n’aura fallu que trois mois aux gendarmes de la section de recherches de Nîmes et de la compagnie d’Alès pour élucider l’horrible meurtre commis dans une villa de Massillagues-Attuech.

Le propriétaire âgé de 55 ans avait été tabassé, torturé et tué à coups de sabre, dans la nuit du 17 au 18 janvier dernier, vers 23h dans ce village de 520 habitants proche d’Alès (Gard). Même le chien avait été abattu par balles, dans le jardin, où il s’était réfugié. Un autre chien avait été blessé. C’est le fils de la victime, inquiet de ne pas avoir de nouvelles, qui avait découvert le corps du malheureux.

La victime, un artisan installé sur la commune depuis quatre ans, vivait seul dans sa maison. L’enquête avait rapidement exclu un meurtre commis par un ou des proches, pour s’orienter vers un home-jacking ayant tourné à la barbarie.

Un crime crapuleux

Un crime crapuleux était la bonne piste : trois hommes et une femme ont été interpellés la semaine dernière dans l’Hérault, à Béziers et à Gignac. Le quatuor a été mis en examen par un juge d’instruction du pôle criminel du tribunal de grande instance de Nîmes et écroué pour tentative d’extorsion de fonds avec violences aggravées ayant entraîné la mort, pour trois d’entre-eux, pour complicité de tentative d’extorsion de fonds ayant entraîné la mort pour le quatrième, des crimes passibles de la cour d’assises.

La victime avait probablement refusé de donner l’argent que le trio était venu chercher; le complice qui connaissait l’artisan est soupçonné d’avoir organisé ce home-jacking, sans avoir été physiquement présent. Il aurait donné l’adresse de l’artisan au trio. C’est en fouillant dans les dernières personnes ayant été en contact avec l’artisan que les gendarmes se sont intéressés à ce complice héraultais.

Le quinquagénaire, en cours de divorce, qui commercialisait des balustres pour terrasse avait été ligoté avec les pieds attachés avec un collier et bâillonné par les mis en examen, déjà connus de la justice pour des délits.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *