Débarquement militaire à Frontignan : c’est un exercice

MANOEUVRE. De nombreux observateurs, dont des joggeurs ont été surpris, ce mardi matin de voir débarquer des militaires, des chars et des hélicoptères sur la plage des Mouettes, à Frontignan.

Ce n’est qu’un exercice organisé dans le Languedoc par la 6e Brigade légère blindée de Nîmes, jusqu’au 14 avril. 350 hommes, 84 véhicules et des hélicoptères ont débarqué par la mer, un déploiement qui n’est pas passé inaperçu.

Cette manoeuvre militaire d’envergure appelée « SKRENVIL », sous le commandement de la Marine nationale et de l’Armée de terre, programmé depuis lundi 3 avril a pour but de tester le déploiement d’urgence d’une unité de l’armée de terre par voie maritime.

Des opérations de déminage ont lieu depuis l’aube et jusqu’à 14h30, ce mardi. Les militaires, les engins de guerre et les hélicoptères prendront ensuite la direction de l’ancien camp de Viols-le-Fort, près du pic-Saint-Loup, au nord de Montpellier.

130 mètres de tapis anti-enlisement

Dès hier, 130 mètres de tapis anti-enlisement ont été installés sur la plage, afin de permettre le débarquement des véhicules, dès 6 heures ce matin. Une fois débarqués, ces véhicules ont emprunté l’allée n°8, à savoir la rue des Pêcheurs, et ont stationné sur le parking devant le centre Les Mouettes, avenue Vauban, à Frontignan-Plage, côté étangs avant de partir, au plus vite, en direction des terres par la voie rapide vers Sète -RD 612 et RD 600- ou par les Aresquiers, via la RD 60. Le centre-ville n’est pas impacté.

Stationnement interdit

La Zone militaire territoriale (ZMT) restera active jusqu’à jeudi, date à laquelle le mouvement sera inversé avec rembarquement d’une partie des troupes sur cette même plage. Entre le 10 et le 13, le tapis restera en place et une dizaine de personnes resteront également sur la plage.

La sécurisation de la plage est assurée par la mise en place de rubanlises par l’armée, tandis que le stationnement sur le parking de l’avenue Vauban -côté étangs- entre la plaine de jeux et l’avenue Paul-Riquet est interdit jusqu’à ce vendredi 14 avril.

Des chars ont débarqué à Frontignan. Photo Nicolas Podéroso pour Métropolitain.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *